31 décembre 2009

2010...


Je vous souhaite une très belle année 2010, sans confusion...

Gauche / Droite
Politique / Bling-bling
Débat / Polémique
Solidarité / Libéralisme
Identité / Exclusion
Cohésion / Intérêt
Volonté / Arrivisme
Progrès / Populisme
Libertés Publiques / Sécuritarisme
… / …

A très bientôt!

23 décembre 2009

A faire tourner...


«Depuis le 2 novembre 2009, la France a été entraînée, malgré elle, dans les tourments d’un débat sur l’identité nationale. De nombreuses voix s’étaient pourtant élevées pour avertir que le lien posé d’emblée entre l’immigration et l’identité nationale était de nature à libérer une parole au «mieux» stigmatisante, au pire raciste.

Malheureusement, ces prédictions apparaissent aujourd’hui se situer bien en-deçà d’une réalité inquiétante et nauséabonde. En effet, depuis plusieurs semaines, les débats sur l’identité nationale sont apparus comme des espaces de libération d’une parole raciste, prompte à remettre en cause, de façon insidieuse ou explicite, la légitimité de la présence sur le sol national de catégories entières de la population.

Un nombre substantiel de réunions nous font honte tant les propos qui y sont tenus heurtent nos consciences de républicains et de démocrates, attachés aux valeurs du vivre ensemble. Propos violents envers les immigrés et leurs enfants, vision caricaturale des «jeunes de banlieue», obsession autour de la figure du musulman comme euphémisation d’un racisme anti-arabe qui n’ose plus s’exprimer en ces termes: voilà quelles semblent être les principales réflexions qui émergent des réunions tenues sur le territoire.

Pire, des responsables politiques de premier plan ont cédé au tropisme de la stigmatisation. Ainsi, il y a quelques jours, une Ministre de la République, Nadine Morano, livrait en creux sa vision du musulman, essentialisé dans la position de celui qui refuse de s’intégrer à la Nation, fût-il français.

La technique consistant, face aux tollés soulevés par de tels propos, à expliquer que ces derniers ont été mal compris ne doit pas faire illusion. La preuve n’est plus à faire que le débat sur l’identité nationale, bien loin de renforcer l’adhésion aux valeurs de la République, est un facteur de haine et de désunion, là où notre pays devrait s’atteler à cultiver le vivre ensemble. Un vivre ensemble trop fragile pour qu’il soit affaibli à travers un débat qui, posé en ces termes, ne pouvait finalement rien produire d’autre.

Face à cette réalité qu’il est inutile de vouloir camoufler, il est tout aussi inutile de sortir la carte du «peuple dont l’expression est légitime». Car, dans notre pays comme dans toutes les grandes démocraties, le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit. À cet égard, les propos racistes tenus dans des réunions organisées par les préfectures sont d’autant plus graves que l’Etat vient apposer sa légitimité à l’expression de pensées qui n’ont pas lieu d’être dans l’espace public.

C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Président de la République, de mettre un terme à ces réunions, sans quoi la République française que vous représentez aura fait le choix de laisser se tenir en son sein et avec son assentiment un débat de nature à briser durablement les fondements de notre vivre ensemble.»

http://arretezcedebat.com/

22 décembre 2009

sdf3@paris.fr


Edition du Parisien du 22/12/09

A noter

Les SDF aidés par Internet

"Il n'est pas toujours facile de convaincre un sans-abri de rejoindre un lieu chaud pour la nuit ni de trouver les mots justes. La Mairie du IIIe arrondissement a donc mis à disposition des habitants une adresse e-mail - sdf3@paris.fr - pour leur permettre de signaler les personnes qui dorment dehors. Ce signalement sera ensuite transmis à des associations comme le Samu Social ou le Secours Populaire qui assurent des maraudes. Elles pourront proposer des solutions d'hébergement aux sans-abri. En cas d'urgence vitale, le numéro à composer reste le 115."

18 décembre 2009

Expulsion du 6 rue de Saintonge... quand la Préfectue s'évertue à remettre à la rue en plein Plan Grand Froid


A une semaine de Noel, vendredi 18 décembre 18h, la préfecture a décidé l'évacuation de 22 personnes d'un bâtiment réquisitionné, 6 rue de Saintonge à Paris dans le 3ème arrondissement;

"Un certain nombre d'éléments incitent à croire que ces personnes seraient là depuis plus de 10 jours" explique Gauthier Caron-Thibault, conseiller de Paris et ajdoint au logement du 3ème arrondissement, qui rajoute "A l'heure où la ville de Paris ouvre ses gymnases et des salles pour les SDF pour pallier au manque de l'état en matière d'hébergement, la préfecture décide elle de mettre à la rue une vingtaine de jeunes en difficultés".

Selon Robert Bianco de la mission Squat de Médecins du monde, "les dispositifs d'hébergement sont dès le matin saturés pour le soir, le 115 est débordé par les appels et on manque terriblement de places !".

"22 personnes ont donc été embarquées par la police pour avoir voulu se loger et éviter le froid glacial" concut Julien Bayou de Jeudi-Noir. Ce bâtiment de plus de 1500 m² est inoccupé depuis plus de 10 ans. Son propriétaire se sert du rez de chaussée comme d'un entrepôt et laisse les étages vides ! Cette évacuation semble aussi illégale que celle opérée en mai 2008 contre le bâtiment réquisitionné par Jeudi-Noir impasse St Claude toujours dans le 3eme. Evacuation condamnée en justice quelques mois plus tard...

Jeudi-Noir dénonce la répression de ces occupations et l'inaction des pouvoirs publics sur le front du logement.
Et vous donne rendez-vous pour une marche des réquisitions samedi 19 décembre

Alors que le comité de suivi du DALO réclame des réquisitions, et que 2 propositions de loi en ce sens viennent d'être rejetées (1 au Sénat proposée par Thierry Repentin et François Rebsamen et 1 à l'Assemblée proposée par Noël Mamère), Jeudi-Noir, le DAL, le COPAF, AITEC le COPAF et de nombreuses autres associations se mobilisent samedi pour la réquisition des centaines de milliers de logements vacants, et des quelques millions de metres carrés de bureaux vides en Ile de France...

16 décembre 2009

La Mairie du 3e s'engage dans le Plan Grand Froid


Communiqué de Presse


La Mairie du 3e arrondissement participe au Plan Grand Froid de la Ville de Paris



En raison de la vague de froid qui s’abat ces derniers jours sur la capitale, la Mairie du 3e arrondissement consacre dès ce soir une salle, à l’accueil de personnes sans domicile fixe.



Cette salle pourra recevoir jusqu’à 13 personnes. Elle sera ouverte tous les soirs de 18h à 7h du matin jusqu’à un retour à la normale saisonnière des températures.



Outre un repas chaud distribué par l’association « Une Chorba pour tous » et l’accès à des sanitaires et à un kit de douche, un travailleur social de l’association « Aux Captifs, la Libération ! » effectuera une évaluation sociale de la situation de la personne et pourra proposer une solution d’hébergement plus adaptée en fonction des places disponibles.



La Mairie du 3e a par ailleurs décidé de mobiliser les citoyens en créant une adresse mail « sdf3@paris.fr », ce qui permettra à chacun de signaler des personnes à la rue, dans le 3e, pour rendre plus rapide et efficace l’action des maraudes sociales.



La Mairie du 3e rappelle que les maraudes pédestres officiant sur son territoire sont coordonnées par « Aux Captifs, la Libération ! », « la Croix Rouge », "Autre Monde" et le « Secours Populaire ». Le « Samu Social », quant à lui, étend son action sur tout Paris.

15 décembre 2009

Flash Info Compte-Rendu de Mandat - Création de la Société de Requalification des Quartiers Anciens


Monsieur le Maire, mes cher-e-s Collègues,

Comme vous le savez, la lutte contre l’insalubrité a fait partie et fait toujours partie des objectifs majeurs de notre mandature.

Sous la précédente mandature, dans le cadre du Plan d’Eradication de l’Habitat Insalubre, la Ville a conclu en 2002 une convention avec la SIEMP afin de traiter les 1030 immeubles insalubres de la capitale.

Aujourd’hui, les résultats sont là : tous ces immeubles sont traités ou en cours de traitement.

Mais voilà ! les conditions du bâti évoluent et cela nous invite à ne pas baisser la garde car on sait que l’insalubrité touche souvent les couches les plus modestes de notre ville. Lutter contre son développement, ça, c’est de la justice sociale.

Pour ce faire, la ville de Paris s’est doté dès juin 2009 d’un observatoire de prévention de la dégradation du bâti mais a surtout décidé de se doter d’un nouvel outil juridique qui nous permettra d’être plus réactif : une société publique locale d’aménagement qui adoptera le doux nom de SOREQA (Société de Requalification des Quartiers Anciens).

Pour cette nouvelle société,

- plus d’ampleur car son objet social lui permettra de lutter contre l’insalubrité dans le cadre des dispositifs en vigueur pour les opérations d’aménagement, plus complets et plus globaux.
- Plus de résultats attendus car cette SPLA s’appuiera sur l’expérience acquise par la SIEMP durant ces dernières années de mission.
- Et surtout, encore plus de solidarité, car, toujours dans notre objectif de construire un Paris Métropôle autour de projets communs, cette SPLA ouvrira les avantages de son action aux autres collectivités franciliennes qui désirent également lutter contre l’insalubrité, la première étant la Communauté d’Agglomération de Plaine Commune.

Monsieur le Maire, Mes cher-e-s Collègues, l’éradication de l’insalubrité et demain sa prévention sont des objectifs majeurs de notre mandature que nous assumons pleinement après des années d’errance.

J’en prends pour preuve la volonté que nous mettons en œuvre et qui nous incite à diversifier nos outils d’action pour etre toujours plus efficace dans ce domaine.

14 décembre 2009

Flash Info Compte-Rendu de Mandat - Intervention sur le budget social de la Ville de Paris


Monsieur le Maire, Mes cher(e)s collègues,

Cette année encore, et tout particulièrement dans le contexte économique difficile qui est le nôtre, le budget que nous allons voter marque l’engagement nécessaire de notre collectivité aux côtés des parisiens les plus fragiles. Les Parisiens, qui subissent les effets de la crise, ont besoin du soutien des pouvoirs publics, et nous sommes clairement au rendez-vous : alors que tous nos secteurs d’intervention sont soumis à un budget contraint, les dépenses de solidarité continuent à progresser cette année, en hausse de 4,5% par rapport à l’année dernière. Ce sont donc 2 Md€ qui seront inscrits en 2010, avec un accent particulier sur l’aide au logement, principale préoccupation des Parisiens.

Depuis 2001, nous avons progressivement mis en place un véritable bouclier logement, afin que tous ceux qui en ont besoin puissent trouver une aide au paiement de leur loyer, dont le montant n’a cessé de croître depuis 10 ans. Le dernier socle qui parachève un dispositif qui jusqu’ici s’adressait en priorité aux familles, l’allocation Paris Logement, est entrée en vigueur au 1er octobre de cette année. Il a vocation à aider à terme 17 000 nouveaux ménages, personnes isolées, couples sans enfants ou avec un enfant ; comme les chiffres sortis la semaine dernière le montrent, cette prestation était très attendue, puisque 1500 foyers l’ont d’ores et déjà demandée. Par ailleurs, en 2010 les moyens du fonds de solidarité pour le logement (FSL) seront augmentés de 38%, pour répondre aux difficultés accrues en période de crise en matière d’accession et de maintien dans le logement. Plus globalement, pour soutenir les Parisiennes et les Parisiens, la subvention de la Ville au Centre d’Action Sociale sera en augmentation de 6,4% par rapport à 2009.

Originalité de cette année : l’implication des citoyens dans la solidarité que nous assurons entre les Parisiens. Il est essentiel en effet de nourrir le lien social des bonnes volontés de ceux qui veulent s’impliquer dans l’action collective. C’est tout le sens que prend la réforme qui est actuellement menée sur l’implication des administrateurs bénévoles dans l’allocation des aides exceptionnelles du CASVP. Leur expérience, leurs compétences, leur dévouement, ainsi que leur inscription dans le tissu local est précieux pour les Parisiens, et il s’agit de maintenir leur place dans le tissu social des arrondissements, en orientant le cas échéant leur bénévolat vers de nouvelles missions dont certaines semblent vraiment les intéresser, notamment en matière de lutte contre l’isolement des personnes âgées ou handicapées ou l’action intergénérationnelle.

Dans la même veine, financé par la Ville et pour développer l’engagement solidaire des jeunes à Paris, nous proposerons en 2010 le service civique à 300 jeunes âgés de 18 à 25 ans, qui disposeront là d’une formidable occasion d’investissement citoyen, ainsi que d’une formation complémentaire et de la possibilité de découvrir divers univers professionnels. Engagés dans les domaines de l’environnement, de la santé, de l’éducation, du sport, auprès de la jeunesse, des personnes âgées ou dans la vie des quartiers, ils ont véritablement vocation à accroître le lien entre les Parisiens et les services de la Ville. Paris s’affirme ainsi comme une Capitale solidaire, récompensée d’ailleurs par le prix Territoria pour le service civique en 2008.

Ce budget est également l’occasion de montrer que nous faisons une priorité des Parisiennes et des Parisiens en demande d’insertion sociale et professionnelle. 300 M€ seront consacrés en 2010 au versement des allocations pour les bénéficiaires du RSA, dont le nombre a déjà significativement augmenté cette année avec la dégradation du marché du travail. Mais notre collectivité ne se contente pas de payer des allocations, elle s’est engagée dans une politique volontariste de réinsertion en complément indispensable du RSA. Ainsi le Programme départemental d’insertion 2010 verra-t-il encore ses moyens accrus ; 59,6 M€ y seront consacrés, afin de permettre à 20 000 personnes de bénéficier d’une mesure d’aide au retour à l’emploi, formation, contrat aidé, aide à la création d’entreprise par exemple. Parvenir à accompagner un maximum d’allocataires et définir avec eux un parcours d’insertion, développer le nombre de structures d’accueil, reprendre contact avec des allocataires de longue date, développer les appuis individuels dans la vie quotidienne de ceux qui en ont besoin, mettre l’accent sur l’insertion professionnelle, tels sont les grands axes de ce programme d’insertion, dont les moyens ont été augmentés de 24 M€ depuis 2001.

En ce qui concerne les plus démunis, les crédits consacrés à l’hébergement seront portés à 7,5 M€, avec une priorité constante pour l’amélioration et la diversification des conditions d’accueil des personnes sans domicile fixes. 252 places nouvelles seront financées en 2010, et 438 places rénovées. En outre, la Ville consacrera 1,7 M€ aux association d’aide alimentaire. Rappelons cependant que l’Etat est l’institution compétente en matière de prise en charge des personnes sans abri, et qu’il a la responsabilité de financer le fonctionnement des centres d’hébergement. Nombreux sont les centres parisiens gérés par le CASVP qui accumulent les déficits, par défaut d’engagement de l’Etat. C’est pourquoi nous engageons le CASVP à poursuivre les recours contentieux qui jusqu’ici ont été indispensables pour obtenir de l’Etat les moyens nécessaires.

De plus, le plan Refondation de l’hébergement d’urgence que vient d’annoncer le gouvernement pourrait se traduire par une tarification à l’activité qui fragiliserait encore davantage les établissements d’accueil des plus démunis, les privant des moyens nécessaires à leur mission. C’est pourquoi le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés dépose un vœu demandant que l’Etat revalorise les dotations de fonctionnement des centres d’hébergement, ce qui est aujourd’hui nécessaire pour apurer les dettes et mettre en œuvre des mesures innovantes pour permettre aux établissements d’accueil de mieux s’adapter aux problématiques sociales.

Monsieur le Maire, mes cher-e-s Collègues, le constat est là ; en matière de solidarité, si la Ville assume ses missions, l’Etat fait défaut et se décharge chaque année un peu plus sur les collectivités, sans leur donner les moyens d’assumer pleinement.

C’est pourquoi deux vœux de notre groupe visent encore à rappeler l’Etat à ses responsabilités envers nos concitoyens les plus fragiles, comme nous sommes contraints de le faire de façon récurrente ces dernières années. Notre vœu sur la compensation par l’Etat des dépenses de RMI/ RSA appelle le gouvernement à élaborer enfin de nouvelles modalités de compensation financière afin de combler l’absence des transferts de charges passées, et d’indexer à l’avenir les ressources des collectivités sur l’évolution du nombre d’allocataires. Réforme qui devient d’autant plus urgente avec la crise qui fait repartir le nombre de bénéficiaires à la hausse, et l’entrée en vigueur du RSA en juillet 2009 qui nécessite de nouveaux moyens pour l’instruction des dossiers.

Autre dette de l’Etat dans le domaine de la solidarité, celle qu’il doit honorer vis-à-vis de la maison départementale des personnes handicapées. Pour les années 2008 et 2009, elle s’élève à 900 000 euros concernant la MDPH de Paris. Un emprunt de 600 000 € lui a donc été nécessaire pour éviter la crise, pour éviter soit de devoir licencier, soit de devoir réduire drastiquement les services de ceux qui en attendent beaucoup, les Parisiens en situation de handicap et leurs familles. Le gouvernement doit impérativement honorer cette dette, ceci d’autant plus que 10 M€ supplémentaires ont été promis en juillet dernier par la secrétaire d’Etat à la Famille et à la solidarité Mme Morano, sans être non plus versés. Si ces crédits ne sont pas versés, nous demandons qu’un recours en justice soit engagé pour les recouvrer.

Monsieur le Maire, mes cher-e-s Collègues, un budget permet de mettre en avant les choix, les ambitions et les enjeux que doit porter une collectivité. Paris a toujours été une ville de vie, d’accueil des plus modestes, brassant les solidarités. C’est en temps de crise que son identité risquait d’être éprouvée, surtout quand le premier de ses partenaires peine à être au rendez-vous
A travers ce budget 2010, notre municipalité cependant rassure. Notre volonté politique est intacte : permettre à chaque parisienne et parisien de vivre et rester vivre, tout en étant accompagné

11 décembre 2009

Quand les Conseillers de Quartier rencontrent les élu-e-s d'arrondissement... ou l'inverse!


Sous l’égide de Pierre Aidenbaum, Maire du 3e, et de Christine Frey, son adjointe en charge de l’urbanisme et des Conseils de Quartier, nous avons réuni hier soir les équipes d’animation de ces derniers.

Cette réunion tombe un peu moins de deux ans après la réforme de la démocratie locale que nous avons lancé dans le 3e arrondissement. Depuis 2008, le 3e comporte 4 conseils de quartier (3 avant), de nouvelles structures de démocratie locale (Conseil Local du Handicap, Conseil Economique, Conseil des Etrangers Non Communautaires,…) et fait plus de place dans ses Conseils d’Arrondissement à la participation citoyenne en donnant la possibilité à ses nouvelles structures d’interpeller directement et en public les élus.

Cette rencontre a donc été l’occasion de faire un point, de se poser, de prendre du recul et d’envisager des améliorations car ce type de processus mélioratif ne peut être qu’itératif.

Et ce sont d’ailleurs les premières conclusions que nous avons collectivement tirées, élu-e-s et Conseillers de Quartier, de cette réunion pertinente. Je retiens particulièrement la nécessité (et la demande des Conseils de Quartier) de rapprocher les élu-e-s de ces réunions en leur donnant un rôle plus efficace que simple observateur ou référent et l’envie d’association aux autres structures de démocratie locale afin de traiter à fond de sujets d’importance d’arrondissement (l’accessibilité des personnes en situation de handicap, l’association aux dispositifs de solidarité,…). Mention spéciale pour Nicolas Bourgeois-Legrain, jeune Conseiller de Quartier, qui a réalisé une plateforme internet regroupant toutes les structures de démocratie locale de l’arrondissement pour leur donner visibilité et interactivité.

Rappelons que la démocratie locale est au cœur de l’identité des équipes municipales animées par Pierre Aidenbaum depuis 1995, période à laquelle le slogan de sa campagne a été « Avec nous, rien ne se fera sans vous ». S’en est suivi pour la première fois à Paris les questions des habitants à la fin des Conseils d’Arrondissement, les compte-rendu de mandat itinérant ou encore la fabuleuse opération qui a permis de donner un projet à la réhabilitation du Carreau du Temple. Et c’est aussi, sans nous, sans les élu-e-s, que de nombreux chantiers naissent chez les Conseillers de Quartier. Citons la création de la Régie de Quartier, les repas de rue ou encore l’intense participation pour la rénovation de la Place de la République.

La démocratie locale est un enjeu démocratique que nous rappellent constamment nos concitoyens. Cela vient du fait qu’aujourd’hui le peuple n’accepte plus d’être souverain uniquement le jour des élections et qu’il souhaite dire son mot sur l’élaboration des projets.

Et c’est tant mieux…

10 décembre 2009

Bientôt la fin du chantier Dupetit Thouars!


Visite aujourd’hui du premier logement témoin du 10, rue Dupetit Thouars, 2 ans et 7 mois après le financement de l’opération par la Ville de Paris, illustration du temps nécessaire pour faire sortir nos chantiers…

Illustration aussi de notre volonté de faire du logement social en plein cœur de Paris, à deux pas de la Mairie du 3e ! 16 logements sociaux et familiaux (du studio au F5) avec un loyer accessible aux plus modestes (conventionnés en PLAI et PLUS, de 3 à 6,5 euros du m²) ! Avec au rez-de-chaussée le transfert de la crèche des « Petits du Canard », une crèche original qui partage les places entre les Parisiennes et les Parisiens du 3e et celles et ceux employés par le journal Libération, situé rue Béranger.

Une petite manifestation du Comité des Mal Logés en Colère du 19e au même moment… L’occasion de dénoncer les méthodes cyniques de ses responsables qui n’hésitent pas à utiliser les enfants dans leurs manifestations, qui font croire que la Ville de Paris ne fait rien pour le logement social et leur font croire que ces mobilisations nous forcent à leur attribuer des logements. Il est important de souligner que ceci est faux puisque nos commissions travaillent en transparence et en égalité pour tous les Parisiens.

Tout ceci alors que sous l’ancienne mandature 30 000 logements sociaux ont été financés et que nous nous apprêtons à annoncer lors du Conseil de Paris de lundi prochain que plus de 6000 logements ont été financés en 2009, afin d’atteindre notre objectif de 40000 d’ici 2014…

Sur cette opération, livrée au printemps 2010 et réalisée par Batigere, la Ville de Paris attribuera 8 logements (dont 4 par la Mairie du 3e) et aura donc une attention particulière aux personnes à mobilité réduite puisque cet immeuble dispose sur notre demande d’un ascenseur !

08 décembre 2009

Conseil du 3e Arrondissement: Charte de la Participation et Aides exceptionnelles...


Un Conseil d’arrondissement avec la présentation aux élu-e-s de la Charte de la Participation qui sera adopté en Conseil de Paris lundi prochain…

Sous l’impulsion du Maire de Paris, le contrat de mandature a souhaité donner un nouvel élan à la démocratie locale en créant des outils innovants qui renforcent la participation des citoyens et leur donnent un pouvoir d’intervention accru sur les décisions qui engagent l’avenir de Paris.

En 2008, nous avons proposé aux Parisiens de créer de nouveaux instruments au service de l’expression citoyenne pour donner à chaque habitant les clés d’une participation pour construire ensemble notre Ville. Au 1er janvier 2010, les Parisiens sont invités à se saisir de ces outils démocratiques : droit d’interpellation, la Commission Parisienne du Débat Public et enfin la Charte Parisienne de la Participation.

Le processus d’écriture de la Charte a fait l’objet d’une intense concertation et de la participation de ceux qui font vivre la démocratie locale à Paris : Conseillers de Paris, maires d’arrondissement et élus locaux, groupes politiques, conseillers de quartier, associations…

Le contrat démocratique dans cette nouvelle Charte de la Participation que nous proposons aux Parisiens engage la Ville sur des modalités et des règles de concertation précises pour tous les grands projets municipaux, s’obligeant à former les participants et à leur transmettre toutes les informations pour mieux choisir.

Rappelons que le 3e est précurseur dans ce domaine puisque depuis le choix du projet du Carreau du Temple, nous n’avons de cesse de produire de concertation et de la participation à travers par exemple la gestion du projet de réaménagement de la Place de la République ou de la rue Rambuteau ou encore la création du Conseil Local du Handicap, du Conseil des Etrangers Non Communautaires, du Conseil Economique, des Comités des Usagers,…

Deuxième point à l’ordre du jour un vœu de Martine Weil-Reynal sur la disparition programmée des commissions d’attribution des aides exceptionnelles, et du coup, sur l’ « éviction » des bénévoles de l’attribution des aides exceptionnelles. En effet, aujourd’hui, des dossiers sont déposés par des Assistantes Sociales pour obtenir une aide financière dans le cadre du suivi d’un foyer. Cette commission souveraine dit oui ou non au regard du rapport social. Demain, cette action sera de la responsabilité du directeur de section d’arrondissement du Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris, parallèlement une commission composée de travailleurs sociaux issus d’associations de l’arrondissement statuera sur les demandes récurrentes, les dérogations et les montants importants.

Il ressort deux choses de la situation actuelle: une inégalité entre les Parisiens et une inadéquation entre les besoins des Parisiens et la place que nous donnons à l’engagement bénévole.

L’inégalité entre les Parisiens vient du fait qu’il n’existe pas de charte d’éthique entre les arrondissements (l’anonymat est pratiqué dans le 3e mais pas partout). Elle vient aussi du fait que la commission se réunit deux fois par semaines dans le 3e, tous les jours dans le 20e , induisant donc des délais de réponses variables.

L’inadéquation entre les besoins des Parisiens et la place donnée à l’engagement bénévole est grande également. Il y a d’énormes besoins sur des missions comme l’intergénérationnel, l’accès au droit, la lutte contre l’isolement, la participation à la culture et aux loisirs (et sur des besoins ponctuels comme le plan Grand Froid, Chaleur Extrême ou Grippe A). Cependant, nous ne sommes pas aujourd’hui en mesure de leur donner une traduction concrète.

Si l’on regarde bien, on peut se rendre compte que nos bénévoles (qui ne sont pas des travailleurs sociaux) sont cantonnés à un rôle administratif qui finalement se trouve être au croisement entre des situations sociales de plus en plus complexes et des réponses de politiques publiques de plus en plus élaborées, nécessitant une action rapide et efficace : tel est le rôle que nous souhaitons confier à l’administration et aux associations oeuvrant dans le domaine social.

Parallèlement, et pour utiliser au mieux les compétences de nos bénévoles, le CASVP, sur demande du Maire de Paris, mène une réflexion sur de nouvelles missions qui pourraient officiellement être confiées aux administrateurs bénévoles. Plusieurs réunions qui ont commencé en octobre en ce sens ont eu lieu sous l’égide d’Olga Trostiansky et de Liliane Capelle et des nouvelles idées très intéressantes ont éclos : soutien scolaire, accompagnement de jeunes dans les musées, rompre l’isolement culturel (portage de livre,…), participation aux maraudes, permanences en mairie sur les aides sociales et les droits, aider à la recherche d’emploi, participation au plan grand froid/chaleur extrême,…

J’ai donc donné un avis négatif à ce vœu au motif qu’il ne fallait pas résumer le rôle du bénévole et l’importance de son engagement uniquement au fait de dire oui ou non au versement d’une somme d’argent… Vœu repoussé par l’équipe municipale.

04 décembre 2009

Une campagne pour garantir l'efficacité des Régions


Ca y est ! La campagne des élections régionales est lancée !

L’enjeu pour nous est de taille : garder les régions à gauche pour leur permettre des remparts contre la politique dévastatrice de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement. On l’a vu à l’œuvre sur les aspects sociaux, sociétaux et économiques, là, on le voit à l’œuvre sur le versant institutionnel !

La présidence de Jean-Paul Huchon a eu ceci de marquants qu’elle a toujours cherché à faire naître de la concertation avec tous les partenaires possibles des problématiques communes et des solutions adaptées et négociées. C’est cela la possibilité de la décentralisation : prendre les décisions au plus près des besoins des territoires.

Ce mode de gouvernance a également permis à la Gauche francilienne d’utiliser au maximum ce que l’on appelle la Clause Générale de Compétence qui lui permet d’agir au-delà de ces traditionnelles délégations (transports, formation et lycée). C’est ainsi que la Région Ile de France a pu mener des actions dans le domaine de la culture, de la lutte contre le SIDA, de l’hébergement d’urgence,…

Or, force est de constater que Nicolas Sarkozy, son gouvernement et l’UMP veulent revenir en arrière sur cela ! La manière dont le Grand Paris a été annoncé avec une gestion imposée par l’Etat, en dehors de toute concertation avec les élus locaux et balayant d’un revers de main les dispositifs du type STIF et SDRIF, justement localement négociée, montre bien la volonté du président de la République de recentraliser tous les avantages de la décentralisation, et derrière de remettre en cause la Clause Générale de Compétence des Régions.

L’exemple du Grand Paris est en cela concret. De sa tour d’ivoire, il nous est proposé un Grand Paris, surnommé « Grand 8 », un métro gigantesque, séduisant mais politiquement illogique, si l’on considère que la politique, c’est prendre en compte les besoins des habitants et chercher à influer sur l’avenir d’un territoire. Ce Grand 8 ne fait que relier des zones économiquement fortes déjà existantes sans prendre en compte les besoins des habitants, la nécessité de désenclaver des territoires, de mieux gérer l’étalement urbain…

C’est donc contre cette logique qui cache une vision de plus en plus centralisée du pouvoir et de l’action publique qu’il nous faut voter les 14 et 21 mars 2010, pour les socialistes dès le premier tour !

www.huchon2010.fr

Photo prise dans un café du 3e, après une distribution de tract en présence d'Anne Hidalgo, Marie-Pierre de la Gontrie, Pierre Aidenbaum, Christine Frey, Nadège Abomangoli, Christophe Girard et Jean-Philippe Daviaud

01 décembre 2009

1er décembre: journée mondiale de lutte contre le Sida. La Mairie du 3e continue la lutte à sa manière...


Programme

- Opération Café Capotes :

La Mairie du 3e, associée à la Ville de Paris, à l’association AIDES , au Syndicat National des Entreprises Gaies , ainsi que 26 bars et brasseries de l’arrondissement distribueront du 1er au 5 décembre des supports de communication (sous-bocks) dédiés à la prévention ainsi que des préservatifs

- Vendredi 4 décembre à 19h - Mairie du 3e – Péristyle

« Volver »

Récital de tango présenté par l’association les Jeunes Séropotes Paris, et interprété par Léonardo Valazza. Chant de douleur célébrant l’amour et la souffrance, Ce récital vise la promotion de l’association et la solidarité afin d’aider au financement des activités autogérées des Jeunes Séropotes.

- Samedi 5 décembre de 14h30 à 17h – salle Odette Pilpoul - Prévenir et accompagner : des initiatives originales et adaptées : deux interprêtes en langue des signes française seront présentes

« Gaffe à toi » : Emma Gatti, éducatrice auprès d’adolescents, présente son clip Gaffe à toi, un message de prévention accessible à tous, doublé en langue des signes et disponible en 8 langues sous-titrées.

Trois associations présenteront leurs actions:

Le Groupe Sourds d’AIDES :

Le Groupe Sourds de AIDES a été créé en 1989. Fort de 18 volontaires sourds eux-mêmes, il délivre un message de prévention adapté et accompagne les malades en situation de surdité au quotidien.

Les Petits Bonheurs :

Créée en avril 2008, l’ association a pour objectif principal l'accompagnement individualisé, en Ile de France, de personnes séropositives ou malades du sida confrontées à un grand isolement social et affectif ainsi qu'à des difficultés physiques et médicales importantes (maladies, handicaps...). Les Petits Bonheurs a son siège dans le 3ème arrdt.

Café Lunettes Rouges :

L’association permet d’accueillir, d’écouter, d’accompagner les personnes séropositives et leurs proches, dans un espace de convivialité, tous les dimanches et jours fériés , et chaque 1er dimanche du mois rencontre entre Sourds- Entendants avec intervenant signant dans le 3é http://cafelunettesrouges.free.fr/

- Samedi 5 décembre à 18h30 - Salle Odette Pilpoul

Concert Equivox

Equivox, le choeur gay et lesbien de Paris exceptionnellement accompagné du Hope Gospel Singers, proposent deux concerts avec un répertoire qui allie les sources des negros spirituals à la modernité. Opération au profit de Rainbhôpital

Entrée libre

26 novembre 2009

2e Nuit Solidaire pour le logement


PARIS, 26 novembre 2009 (AFP) - Déçues des réponses gouvernementales à la crise du logement, les associations organisent une "nuit solidaire" en France pour "pousser les feux" sur cette question qui concerne, selon elles, près d'un Français sur six.

Cette deuxième édition pour Paris se tiendra vendredi place de la Bastille à partir de 18H00, avec le soutien d'artistes comme Cali, Tcheky Karyo, Pierre Souchon qui se produiront, un barbecue géant, une soupe populaire où des milliers de personnes - bien et mal logées - sont attendues, certaines pour passer la nuit dehors.

L'initiative a essaimé à Marseille, Lille, Lyon, Toulouse, Strasbourg, Cahors et Tarbes, "pour répondre à une demande des professionnels, des bénévoles et des personnes concernées, des familles hébergées", affirme Hervé de Ruggiero, de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (Fnars), au nom du Collectif de 31 associations.

"Cette Nuit, c'est pour +pousser les feux+ et dire qu'on ne se contentera pas" des réponses apportées jusque là par le gouvernement dont "on ne voit pas la volonté", explique M. de Ruggiero.

Le Collectif propose depuis des mois un panel de mesures urgentes : suspension des expulsions, éradication des 600.000 logements indignes, réquisition de bâtiments dans les communes réfractaires au droit au logement opposable (Dalo), production annuelle de 150.000 logements sociaux, augmentation des aides au logement pour compenser les effets de la crise, etc.

Pour Christophe Robert, de la Fondation Abbé Pierre, "la situation est catastrophique, la crise du logement touche 10 millions de personnes, nous sommes donc tous concernés".

Ce chiffre recouvre 3,5 millions de personnes sans abri (SDF, migrants, jeunes en rupture) ou très mal logées (cabanes, caravanes, familles nombreuses en chambre d'hôtel, hébergement d'urgence) et 6,5 millions de personnes fragilisées (en instance d'expulsion, logeant chez des tiers, dans des copropriété insalubres...).

Instigateur du campement spectaculaire de tentes de SDF le long du canal Saint-Martin à Paris à l'hiver 2006-2007 qui avait poussé le gouvernement à adopter la loi sur le Dalo, Augustin Legrand constate que la "situation est pire qu'il y a trois ans".

"Les réponses politiques s'apparentent à des mensonges, on fabrique des réponses de circonstance, on fragmente les problèmes", déplore le porte-parole des Enfants de Don Quichotte.

Il constate notamment l'absence de suivi pour les SDF en transition vers un logement, la poursuite des expulsions locatives et l'ouverture de places d'urgence uniquement en hiver.

Giovanni, 52 ans, et sa compagne Agnès, 40 ans, avaient bien cru sortir de la rue lorsqu'ils ont quitté en avril 2007 le canal pour un des mobile-homes du "Village de l'espoir" installé à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Il y a dix jours, ils s'en sont fait expulser sans ménagement, selon leur récit. Ils campent de nouveau avec leurs deux chiens place de la République à Paris. "Retour à la case départ", soupire Giovanni. "A la case zéro", le reprend Agnès.

25 novembre 2009

Quand le FMI fait de la politique qui change la donne...


Vu dans la Tribune sous la plume de Philippe Mabille

Strauss-Kahn en Robin des Bois

"On a enterré un peu vite la taxe Tobin. L'idée de créer une taxe sur les transactions de change émise par l'économiste et prix Nobel d'économie James Tobin (mort en 1982), a été ressuscitée à la fin de l'été par Adair Turner, le très sérieux patron du FSA, le gendarme de la finance britannique. "Shocking", avait alors répondu la City outragée, ce qui n'a pas dissuadé Gordon Brown, le Premier ministre du Royaume-Uni, d'appeler le G20 Finances à étudier cette hypothèse le mois dernier.

Ce n'était pas un vœu pieux : Dominique Strauss-Kahn a annoncé hier lors d'une conférence du patronat britannique à Londres que le FMI allait étudier officiellement une taxe sur les banques, parmi d'autres réflexions destinées à éviter la réapparition de bulles financières et à dissuader les banques d'adopter de nouveau des comportements à risque dans l'euphorie retrouvée des marchés financiers. Le patron (français) du FMI n'ignore pas que la question de la taxe Tobin est défendue depuis de nombreuses années en France par l'association Attac et vue avec sympathie par l'opinion.

Quoi de mieux, pour celui qui apparaît aujourd'hui comme le seul socialiste capable de battre Nicolas Sarkozy en 2012, que de rendre enfin possible, à la faveur de la crise, la création d'une taxe sur la finance, une taxe "Robin des Bois" censée prendre aux riches pour redonner aux pauvres. DSK, qui est à Paris aujourd'hui pour un débat organisé par The Economist, préparerait-il son retour ? Certes, il apprécie beaucoup le "job" de directeur général du FMI qui lui offre une exposition internationale inespérée. Mais, à 60 ans, l'ancien ministre de l'Economie de Lionel Jospin ne peut probablement pas s'empêcher de mesurer ses chances de remporter l'élection suprême, au moment où la moutarde de Dijon monte en mayonnaise dans le camp socialiste."

http://www.latribune.fr/opinions/20091124trib000446381/strauss-kahn-en-robin-des-bois.html

14e Etats Généraux des Elus Locaux Contre le Sida


« Elu local, je m’engage à :

1. Sensibiliser mes citoyens sur la nécessité de la prévention contre le Sida et sur la solidarité à l’égard des personnes séropositives ou ayant déclaré la maladie,

2. Mettre en oeuvre une politique de lutte contre le Sida planifiée sur la durée de mon mandat et dans la collectivité locale dont je suis élu(e). Cette politique sera définie en concertation avec les pouvoirs publics, les intervenants locaux, les associations nationales et locales de lutte contre le Sida. »

Le fondement de ce manifeste est simple: tous les réseaux sont bons pour lutter contre le Sida et mêler à cela les élus locaux n'est que chose intelligente car l'élu local est celui qui se veut dans une proximité très forte avec les citoyens. De ce fait, certains messages passent mieux quand ils sont portés par des personnalités localement connues et respectées. En particulier, les messages de solidarité et de prévention.

Il y a aujourd'hui nécessité à reprendre la mobilisation: augmentation des contaminations, baisse des budgets, banalisation de la maladie,...

Le 3e arrondissement, outre le Centre LGBT qui héberge des associations de lutte contre le Sida, accueille deux associations professionnelles de lutte contre le Sida, Basiliade et les Petits Bonheurs, qu travaillent très bien avec la Mairie du 3e dans le cadre de nos Comités de Pilotage des Affaires Sociales et avec le Service Social dans le cadre de la polyvalence de secteur.

A l’occasion des 14e Etats Généraux de la Lutte contre le Sida, j’ai été élu secrétaire général adjoint de l’association. C’est un honneur pour moi que de contribuer modestement à la mobilisation des élu-e-s sur cette question.

Dans les semaines qui viennent, ELCS va saisir toutes les têtes de liste désignées à l’occasion des élections régionales de 2010 afin de connaître leurs projets à destination des populations qui, sur le territoire de leur région, sont directement ou indirectement concernées par la pandémie.

http://www.elcs.fr/

23 novembre 2009

Flash Info Compte-Rendu de Mandat - Plan Départemental d'Action pour le Logement des Personnes Défavorisées


Monsieur le Maire,
Mes cher-e-s Collègues,

Depuis 1990 et la loi Besson, la Département de Paris adopte tous les 5 ans son Plan Départemental d’Action pour le Logement des Personnes Défavorisées. Le vote du 5e PDALPD aujourd’hui est l’occasion de préciser que les objectifs du précédent ont été atteints, voire dépassés pour la plupart, que ce soit la production de logements sociaux, en particulier ceux de type PLAI, l’amélioration de l’accès au parc social, la lutte contre l’insalubrité et l’amélioration constante de nos dispositifs de prévention des expulsions.

Cependant, la crise du logement, très marquée en Ile de France, nous oblige. Nos partenaires, les associations d’insertion par le logement, nous l’ont fait savoir lors d’une réunion d’écoute que Madame Trostiansky a souhaité, allant au-delà de nos obligations de concertation pour la réalisation d’un tel plan.

Le contexte législatif a profondément muté depuis l’adoption du précédent PDALPD. Le vote de la loi « Droit au Logement Opposable » et sa mise en œuvre quelque peu chaotique a traduit une volonté du législateur beaucoup plus qualitative que quantitative, instaurant une logique de résultat mais sans s’en donner les moyens concrets. La chute vertigineuse du dernier budget gouvernemental attribué au logement le démontre. Saisissons cependant ce qui est bon à prendre et reconnaissons cependant que les nouveaux moyens administratifs et réglementaires mis à disposition ont permis à la Ville d’envisager de nouvelles actions sans attendre le vote d’aujourd’hui.

Afin de nous proposer ce 5e PDALPD, les services de l’Etat et ceux de la Ville ont travaillé avec l’Atelier Parisien d’Urbanisme et l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Ile de France (IAURIF) afin de définir les publics les plus précaires et leur besoin. Il ressort de ces études que parmi les plus défavorisées sur Paris les plus fragiles se démarquant particulièrement sont les foyers touchés par le handicap, menacés d’expulsion ou déjà sans logement, hébergés en structures sociales ou vivant dans un local non destiné à l’habitat.

Fruit d’un long travail préparatoire avec les différents acteurs sociaux oeuvrant pour les personnes défavorisées, ce 5e PDALPD décline de matière très concrètes les objectifs à atteindre et les moyens mis en place pour cela. Cinq chantiers sont par ce biais lancés ou amplifiés.

Tout d’abord, la création d’une offre locative accessible aux plus défavorisés, à travers le parc social traditionnel mais aussi le financement de nouvelles places en résidences sociales et en maisons relais. L’objectif de production de logements sociaux est de 40 000, avec une large part financée en PLA-I pour les publics les plus précaires. De plus, ce sera 2000 places d’hébergement qui seront financées, dont 250 suite à un appel d’offre pour ouvrir des structures sociales innovantes à destination des publics qui ne trouvent pas leur place aujourd’hui dans notre offre traditionnelle. Parallèlement à cela, nous continuerons à développer une offre diversifiée en matière d’accompagnement social et de médiation locative à travers les dispositifs « Louez Solidaire » et « AIVS », tout en accompagnant la mise en place du PASS Garantie Risque Locatif qui permettra aux bailleurs d’obtenir une réponse sociale en cas d’impayés de loyers et donc d’éviter les procédures d’expulsion.

Le PDALPD prévoit également d’harmoniser les conditions d’attributions des logements sociaux et très sociaux afin que les publics désignés soient bien dans la cible voulue par le Plan. Il est à noter un effort sans précédent des bailleurs sociaux et du réservataire 1% patronal qui ont fait passer depuis le dernier Conseil de Paris le nombre de logements mis à disposition de 1200 à 2000 dont, et ce pour la première fois, 250 logements pour le seul réservataire patronal.

Les objectifs du PDALPD portent également sur le maintien dans le logement et la prévention des expulsions à travers entre autre une considérable amélioration de la formation des assistants sociaux. Toujours dans cette optique de prévention, le dernier Conseil de Paris a été l’occasion de revaloriser les aides financières délivrées par le Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris aux familles à deux enfants afin de renforcer leur solvabilité. Il a été aussi l’occasion de créer une nouvelle aide pour les foyers sans ou avec un unique enfant. C’est ainsi l’intégralité des typologies de foyers dans les cibles que nous nous sommes assignées qui sont pris en charge. Par ailleurs, suite au vœu que j’ai présenté à cette assemblée le 7 juillet dernier, j’ai le plaisir de voir mentionner dans les initiatives innovantes à prendre dans ce secteur la mention de la reprise associative des baux pour maintenir les familles dans leur logement en cas de début d’impayés de loyers.

Ce 5e PDALPD, c’est aussi la finalisation, version sociale, de la lutte contre l’insalubrité et l’habitat indigne. Comme vous l’avez annoncé dans votre communication sur le logement, le programme d’éradication de l’habitat insalubre, les fameux 1030 immeubles, prendra fin en 2010. Ce PDALPD rappelle donc l’obligation d’accompagner socialement ces foyers indignement logés mais propose également des outils renouvelés pour éviter que certains immeubles et logements tombent, avec leurs occupants, dans l’insalubrité.

Enfin, outre une reconnaissance de la professionnalisation et de la nécessaire coordination des maraudes, ce Plan engage pour la première fois une réflexion planifiée pour l’hébergement des personnes sans domicile fixe. Cette nouveauté est une vraie avancée pour Paris, et ce à double titre : car tout d’abord Paris compte plus de la moitié des places régionales d’hébergement d’urgence, ratio qu’il faudra réussir à faire évoluer si l’on veut apporter des réponses plus adaptées, et enfin car le contexte législatif des conditions d’accueil des personnes sans domicile a énormément évolué et nécessite une vraie réflexion pour son application.


Monsieur le Maire, mes cher-e-s Collègues, l’élaboration de ce PDALPD, les objectifs qu’il porte et les moyens qu’il nécessite pour sa mise en œuvre montre bien que quand l’Etat appelle, la Ville sait répondre présente. Si, à juste titre, nous pouvons le qualifier d’ambitieux, c’est que depuis 20 ans, tant la Ville que l’Etat, ont su développer une expérience concrète qui se renouvellera encore avec les bénéfices sociaux de l’application de la 5e édition de ce PDALPD. C’est donc avec conviction que mon groupe vous donne l’autorisation de signer avec le Préfet ce plan qui permettra dans le cadre de notre politique foncière de logement et d’hébergement, de donner visibilité, cohérence et direction à l’action sociale de notre département.

Mme Olga Trostiansky - Le 4e PDALPD avait posé les bases d’une politique volontariste qui mettent tout en œuvre pour garantir et sécuriser de bonnes conditions de logement en direction des personnes défavorisées.

Les objectifs de ce 4eme Plan ont été atteints, voire dépassés. Nous savons que ces efforts doivent être poursuivis, particulièrement dans un contexte de crise accrue du logement, qui fragilise en premier lieu les publics vulnérables.

Par conséquent, la municipalité parisienne a tenu à étendre ses actions innovantes, et à les faire partager à l’Etat, partenaire du PDALPD.

La mobilisation du parc locatif privé sera notamment poursuivie pour accompagner le développement de notre dispositif « Louez Solidaire et sans risque», ou encore pour encourager le déploiement de l’Agence Immobilière à Vocation sociale. De nouveaux chantiers seront engagés, comme celui qui permettra la mise en place de la reprise à bail, par un tiers associatif, pour les ménages menacés d’expulsion locative.

Conscients des situations humaines dramatiques générées par les expulsions locatives, et résolument tournés vers des actions de prévention, nous veillerons à un traitement de plus en plus précoce des situations, tout en assurant un accompagnement social adapté à chaque stade de la procédure, dans le but, là encore de favoriser le maintien dans son logement.

Dans ce même esprit préventif, l’Allocation Paris Logement qui vient d’être lancée renforcera la solvabilité des ménages. Dorénavant les personnes isolées, les couples, et les couples avec un enfant aux bas revenus, peuvent prétendre à une allocation logement, en complément de celle versée par la CAF.

En outre, la mise en œuvre de ce Plan appuie les actions des associations sur le terrain, que j’ai souhaité rencontrer avant de vous soumettre aujourd’hui ce document. L’ampleur des engagements pris, qui a été saluée par ces associations, nous permettra d’agir ensemble, et le plus efficacement possible, pour faire reculer les situations de mal logement rencontrées par un trop grand nombre de parisiens.

Enfin, ce 5eme PDALPD constitue le point de départ d’une réflexion plus large en vue de l’élaboration du Plan d’Accueil, de l’Hébergement et de l’Insertion qui vise l’organisation de l’ensemble des politiques mises en œuvre en direction des sans abri. Ces travaux permettront de donner un cadre aux interventions des différents acteurs, dans une prise en compte de la dimension régionale et de la réalité des besoins territoriaux. Je demanderai de nouveau à l’Etat, compétent dans ce domaine, de mener ce travail en concertation avec la Ville et les associations de solidarité, afin que chacun puisse agir le plus efficacement, dans l’intérêt des personnes les plus défavorisées.

Flash Info Compte-Rendu de Mandat - Subvention aux "Petits Bonheurs"


Monsieur le Maire,
Mes cher-e-s Collègues,


C’est la première fois que la Ville subventionne cette jeune association dont le siège est dans le 3e arrondissement.

« Redonner des envies à la vie » : c’est le slogan de cette association qui ne prétend pas avoir une place centrale dans la prise en charge du VIH mais une place à part, une place sur le côté pour inciter la personne malade à recréer du lien social quand celui-ci est trop distendu à cause de la maladie.

Accompagner physiquement la personne dans sa vie quotidienne, dans la rue, ou à la sortie de l’hôpital, reprendre des démarches administratives souvent lourdes et fatigantes et développer avec la personne des petits projets personnels, des petits bonheurs, tels sont les objectifs de cette association qui a soutenu depuis mai 2008 plus de 150 personnes, dont 10% jusqu’au décès.

Très implanté dans le milieu hospitalier (leur comité de parrainage le témoigne, Rozenbaum, Brucker, Katlama ou Rouzioux), les bénévoles de l’association vont directement dans les hôpitaux se mettre à disposition des personnes séropositives temporairement hospitalisées pour préparer leur sortie.

Suivant « les Petits Bonheurs » depuis leur création, je peux témoigner de la mise à disposition des moyens de l’association au service des divers acteurs sociaux qui pourraient être amenés à croiser des personnes touchées par le VIH, contaminées il y a longtemps et développant des pathologies associées favorisant leur désocialisation. C’est ainsi que des partenariats ont été passés avec les structures gestionnaires d’Appartements de Coordination Thérapeutique, de Services de Soins Infirmiers A Domicile et de Service d’Accompagnement Médico-Social des Adultes Handicapés pour ce suivi et cet accompagnement un peu exceptionnel de ces usagers.

« Le bonheur est quelque chose qui se multiplie quand il se divise », cette phrase de Paulo Coelho résume à elle seule la philosophie de l’action de cette association : mettre au cœur de leur démarche le patient pour le sortir de la froide, même si nécessaire, logique clinique.

M. Jean-Marie LE GUEN, au nom de la 6e Commission. - Je compte bien le faire, en tout cas tout simplement avec le sens profond de l'humanité dont est porteuse cette association et l'aide parfaitement légitime que nous lui apportons.

Effectivement, comme l’a dit notre collègue CARON-THIBAULT, on ne meurt plus aujourd'hui du Sida comme on en mourait il y a 20 ans, par défaut de traitement et directement par la maladie.

Le plus souvent, on meurt encore d'isolement, de solitude, d'errance aussi, dans un monde dont on a été coupé par de multiples séjours hospitaliers, peut-être aussi par des parcours sociaux et médicaux qui n'ont pas toujours été satisfaisants.

Le travail de cette association, c'est justement de recréer du lien social, de faire qu'il y ait, après l’hospitalisation, un accompagnement qui se fasse pour les personnes. C'est un travail à la fois profondément humain, original, important, qui met le doigt sur un des chaînons manquants de l'action sanitaire et sociale.

C'est donc avec beaucoup de détermination que nous voulons soutenir cet engagement nouveau dans la lutte contre le Sida et la prise en charge des personnes séropositives.

Flash Info Compte-Rendu de Mandat - Ouverture du Foyer de Vie pour personnes en situation de handicap psychique géré par l'Oeuvre Falret


Monsieur le Maire,
Mes cher-e-s Collègues,

Je tiens à souligner l’arrivée en plein cœur de Paris, donc de la Ville, au 114 rue du Temple, de ce foyer d’hébergement pour personnes en situation de handicap psychique et d’un centre d’accueil en cas de crise gérés par l’œuvre Falret et l’Hôpital Esquirol.

Il est important de souligner cette ouverture alors que ce type de handicap et leurs structures d’accueil n’ont généralement pas bonne presse. On en parle à chaque fois qu’il y a des drames et jamais quand ces structures permettent à de nombreuses personnes en situation de handicap psychique de rester vivre dans la Cité dans une dynamique d’insertion sociale.

Je tiens à souligner également la grande disponibilité de l’Oeuvre Falret qui s’est mise à disposition de la Mairie du 3e pour communiquer avec les riverains et répondre très tôt aux questions qu’ils se posaient : réunion avec les riverains, rencontre avec les parents d’élèves des écoles avoisinantes, participation à la semaine locale du handicap,…

Enfin, je précise que l’ouverture de ce bâtiment mi 2010 redonnera une nouvelle vie à cette adresse qui pendant de très nombreuses années est restée vide.

Mme Véronique DUBARRY, au nom de la 6e Commission. - Merci, Monsieur le Président.

Je voudrais remercier la mairie du 3e arrondissement qui a fait preuve, en la matière, d'ouverture d'esprit mais pas seulement, parce que les personnes en situation de handicap psychique ou mental sont encore trop stigmatisées, trop souvent rejetées loin du cœur de nos cités. Je crois que la volonté de la mairie du 3e, accompagnant l'association les œuvres Falret, a fait que cette nouvelle structure verra le jour dans les meilleures conditions possibles.

C'est évidemment pour la municipalité parisienne un grand plaisir, parce que nous nous sommes fixé un objectif extrêmement ambitieux en matière d'ouverture de places en structure d'hébergement pour tous types de handicap. Si j'en crois, et je le crois, le dernier comité de pilotage que nous avons eu en la matière, nous atteindrons 55 % de cet objectif d’ici 2009-2010.

Cela n'est possible que parce que des maires d'arrondissement se mobilisent, se battent, mais font aussi œuvre de pédagogie, d'explication à l'égard des populations, et pour toutes ces raisons, il me semble que si l'ambition forte de la municipalité parisienne est là, elle ne peut que s'appuyer sur le travail réalisé dans certains arrondissements.

On voit, vous l'avez dit, trop souvent encore des drames, qui suscitent nombre de débats et de grandes déclarations alors que le plus simple serait de mettre en place des structures adaptées pour les personnes en situation de handicap psychique et mental, en plein cœur de nos villes. Votre effort, votre action, dans le 3e arrondissement, me permettent de dire qu’il y a bien 19 autres arrondissements.

Certains ont déjà pris leur part de cette action, de ce combat, de cette lutte, ce n'est pas généralisé totalement. Si nous devons et si nous pouvons répondre à cette demande importante, ce sera dans les 20 arrondissements parisiens.
Je vous remercie beaucoup.

4 rue du Roi Doré : Un processus avant le démarrage des travaux plus long que d’ordinaire…


Au début des travaux sur cet immeuble de triste mémoire, nous avons souhaité communiquer auprès des riverains pour leur expliquer la raison d'un tel temps long. Une lettre a donc été été distribuée dans les boîtes aux lettres aux alentours et un panneau posé sur le chantier.


Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Lorsque la Ville de Paris devient propriétaire, à travers un bailleur social, d’un immeuble, le démarrage des travaux peut paraître très long. En effet, avant de construire, elle doit lancer les études de faisabilité, reloger les occupants si cela est nécessaire, désigner un architecte, réunir les financements, déposer et obtenir les permis de démolir et de construire puis lancer un appel d’offres pour trouver l’entreprise adaptée à l’opération.

Pour l’immeuble du 4 rue du Roi Doré, confié aux soins de la Société immobilière d’économie mixte de la Ville de Paris (SIEMP)1, ce délai fut encore plus long puisque le dramatique incendie survenu fin août 2005 a nécessité une enquête et une mise sous scellés de l’immeuble.

La mise sous scellés

L’immeuble est resté sous scellés du 30 août 2005 au 14 mars 2008 pour les besoins de l’enquête. Durant cette période, la SIEMP ne pouvait pas y accéder et intervenir.

Le diagnostic

Aussitôt après la levée des scellés, la SIEMP a lancé le diagnostic des ouvrages à démolir. Suite à cette nouvelle étude, il a été décidé de ne conserver que la façade. Le projet, avant l’incendie, prévoyait une réhabilitation moins
lourde. Une procédure, dite de référé préventif, a donné lieu à la désignation d’un expert en octobre 2008 afin de constater l’état des immeubles avoisinant avant les travaux. Des jauges sont alors posées et l’immeuble situé au n° 6 est consolidé. En septembre 2009 l’expert a donné son accord de démarrage des travaux.

La désignation de l’entreprise

La poursuite des études a permis la désignation, en septembre 2008, de l’entreprise de démolition (Pinault & Gapaix), puis de l’entreprise de construction (Batirénov) fin octobre 2009.

Les travaux

La démolition a commencé dès la fin du référé préventif et devrait se terminer à la mi-décembre pour une reconstruction qui débutera en janvier 2010 pendant une durée prévisionnelle de 14 mois. Quatre logements sociaux pourront alors être attribués (1 par la Ville de Paris, 1 par la Mairie du 3e et 2 par la Préfecture).

Nous tenions à vous fournir ces informations car, comme nous, vous deviez être impatient de voir débuter les travaux afin de clore, sans pour autant l’oublier, un évènement douloureux dans la vie de notre arrondissement.

Enfin, nous tenons tout particulièrement à ce que les travaux se passent au mieux et ne troublent pas votre quotidien plus que de raison. Pour cela, la SIEMP contrôle les engagements contenus dans son cahier des charges « chantiers propres » remis aux entreprises afin de réduire au maximum les nuisances aux riverains. C’est pourquoi nous vous informons de l’existence de l’adresse mail m.leroux@siemp.fr (mettre « Roi Doré » en objet) qui vous permet de nous faire part de vos désagréments dus au chantier afin que nous puissions y apporter une solution.

Nous vous prions, Madame, Mademoiselle Monsieur, de croire en l’assurance de notre considération distinguée.



Pierre Aidenbaum
Maire du 3e arrondissement

Gauthier Caron-Thibault
Conseiller de Paris
Adjoint au Maire du 3e arrondissement
Chargé du Logement

Romain Lévy
Président de la SIEMP

Sylviane Léger
Directrice générale de la SIEMP


1 La SIEMP est le bailleur social que la Ville de Paris a souhaité spécialiser dans le traitement de l’insalubrité. 1030 immeubles sur Paris
sont référencés comme étant insalubres. Aujourd’hui, tous sont traités ou en cours de traitement. Dans le 3e arrondissement, 8 immeubles
ont été repérés comme étant insalubres, dont 3 en monopropriété. Ces derniers, parmi lesquels le 4 rue du Roi Doré, ont été rachetés et
confiés à la SIEMP. Les 5 autres, en copropriété, bénéficient d’aides importantes et d’incitations fortes pour réhabiliter leur immeuble.

19 novembre 2009

Fillion et la Tax Force


Ce matin, très bon débat entre Claude Bartolone, député PS, et Eric Ciotti, sénateur UMP, membre de la Task Force qui doit sillonner la France pour convaincre des bienfaits de la suppression de la taxe professionnelle.

Cette mesure du gouvernement constitue un rude coup porté aux Conseils Généraux alors que ceux-ci ont une mission fondamentale : aménager socialement et économiquement les territoires pour attirer les entreprises, puisqu’on parle d’une taxe les concernant.

Et cet aménagement est très important : infrastructures routières, crèches pour les enfants des employé-e-s, formation,… C’est la qualité de ces postes que demandent d’abord et avant tout les entreprises.

Le gouvernement nous parle de compensation mais il y a une vraie inquiétude des élus locaux sur la véracité de cela. Le sujet est certes complexe mais ce qui est sûr est que l’action publique va globalement se réduire. L’argent de la compensation (si elle existe) sera bien pris quelque part : soit sur le budget de l’état qui verra son action diminué soit auprès des banques ce qui augmentera notre endettement.

C’est encore une fois la même chose : on privilégie toujours les mêmes acteurs sans leur demander aucune contrepartie. Voyez la TVA et les piètres résultats en matière de création d’emploi…

Dommage de se priver d’un tel levier d’action en période de crise économique et sociale…

Et autre question… Je veux bien que l’on constitue une task force pour convaincre. Mais qui la finance ? Il me semble qu’il y a là peut être un abus… comme pour les sondages commandés par l’Elysée… dont on ne saura finalement jamais grand-chose puisque la commission d’enquête vient d’être refusée…

17 novembre 2009

La mixité sociale en débat !


Ce matin a eu lieu le Conseil d’Administration de Paris Habitat, anciennement l’OPAC de Paris, dont je suis membre. Ce dernier a abordé beaucoup de questions en particulier celle de la mission sociale de l’office.

La mission d’un bailleur social est d’avoir un œil attentif à l’accession au logement pour les classes moyennes, populaires, les femmes, les personnes âgées et en situation de handicap et surtout d’aider les plus précaires à ne pas se précariser encore plus. C’est donc un vrai partenaire de l’aménagement social de nos territoires.

Cependant, des inquiétudes peuvent naître face aux annonces de Nicolas Apparust, secrétaire d’Etat au logement et à l’urbanisme, qui a décidé de ne plus financer de Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale, dont le but est de stabiliser des personnes ayant des difficultés d’insertion sociales et économiques fortes. Il souhaite en effet transférer cette mission au parc social.

C’est d’une part ne pas connaître la nécessité qu’il y a à faire de l’insertion dans un lieu d’hébergement transitoire et d’autre part vouloir évincer du parc social une grande partie des classes moyennes, ce qui pose un vrai problème pour la mixité de nos territoires.

Cela rejoint une autre inquiétude forte, celle sur la nouvelle gouvernance d’Etat que Apparust veut mettre en place pour distribuer les places d’hébergement en structures sociales. A vouloir créer une commission qui désignera les candidats au lieu de laisser faire les associations gestionnaires de centres d’accueil, on va limiter les structures innovantes pour profil spécifique (chacun devra faire une structure light pour pouvoir accepter n’importe quel type de population). Et je ne vous parle même pas de l’usine à gaz que cela va être pour la transmission des informations, pour respecter le secret social, pour courir après les candidats, pour gérer les urgences…

Espérons que les grandes collectivités locales seront assez puissantes pour faire entendre la nécessité de faire rebrousse chemin sur ces questions…

16 novembre 2009

CICA et Conseil d’Arrondissement spécial logement !


Décidemment le logement a été à l’honneur ce soir avec un Comité d’Initiative et de Consultation des Arrondissements sur ce thème et un Conseil d’Arrondissement qui a passé trois délibérations pour financer 29 nouveaux logements : 21 bd Saint Martin, 3-5 rue des Haudriettes et 120, rue de Turenne !

Le CICA a donc réuni les associations, les Conseils de Quartier, les élus et le collectif logement pour parler du logement en général dans le 3e arrondissement.

Trois facettes à cette question. La question de la qualité de notre habitat, celle de la sortie de l’exclusion et enfin celle des loyers et de l’action de la Ville sur le marché à travers le financement du logement social.

Cette présentation a ambitionné de faire un point des dispositifs existants sur ces trois domaines et d’analyser la situation de ces trois facettes dans le 3e arrondissement.

L’engagement d’une Mairie d’arrondissement dans ce domaine est capital car, au-delà de contribuer à atteindre les objectifs de la Ville de Paris en matière de qualité et de quantité de logements, il permet de décliner efficacement une politique en fonction de la réalité locale.

Bientôt sur le site de la Mairie du 3e, vous pourrez retrouver le powerpoint ainsi que le guide de mon intervention présentant notre politique du logement.

12 novembre 2009

Samu et CAFDA : sonnette d’alarme…


Je me suis rendu au Conseil d’Administration du Samu Social de Paris au sein duquel je représente la Ville de Paris. Cela a été l’occasion de m’étonner auprès du Préfet de l’attitude du gouvernement qui unilatéralement, sans nous prévenir, nous a missionné sur la gestion des réservations hôtelières des nuitées des usagers de la Coordination des Association des Familles des Demandeurs d’Asiles. Sans nous prévenir… c’est un euphémisme ! en effet, nous l’avons su car nous avons été mis en copie d’un courrier évoquant ce dossier. Aucune autre information officielle…

Inquiétude donc, est-ce un pas en plus du désengagement de l’état de la prise en charge des demandeurs d’asile en passant par le Samu Social ? En effet, si l’état continue à payer les nuitées, il mutualise les moyens d’actions avec le Samu Social qui a pour mission première la prise en charge de l’exclusion urbaine.

Cela tombe en pleine réflexion menée par le Conseil d’Administration du Samu Social sur son rôle. En effet, après avoir évolué depuis 10 ans, il apparaît qu’il faille le recentrer sur ses missions premières, les maraudes sociales, car les publics augmentent et évoluent ainsi que leur besoin. Troubler encore plus son action par cette nouvelle prise en charge n’est pas de bon augure.

Entendons nous bien, il n’est pas question de refuser ce rôle au Samu Social, mais il faut se rappeler que le public SDF est une responsabilité d’Etat et que face à son désengagement la Ville doit continuer à assurer un financement très important : 2 835 000 euros.

Si en plus l’état se désengage de la prise en charge des demandeurs d’asile… En même temps, c’est dans l’air du temps de ceux qui pensent qu’on peut définir l’identité nationale…
Il faut que la Ville prenne sa part, toute sa part, mais rien que sa part.

09 novembre 2009

20 ans après, les jeunesses européennes se dressent contre les nouveaux murs à l’Est


20 ans après la chute du Mur de Berlin, l’Histoire n’est pas finie et l’idée européenne demeure un combat.

Les peuples et les gouvernements de l’Union Européenne s’apprêtent à célébrer le vingtième anniversaire de la chute du Mur de Berlin, événement libérateur qui lança le processus de réunification de notre continent et forgea le rapport au monde de notre génération. Nous participerons avec allégresse et conviction à ces célébrations.

Mais, alors que les commémorations officielles se limiteront à évoquer au passé un mur dont il ne reste que quelques tronçons soigneusement conservés comme autant de témoins d’une histoire supposée révolue, nous - jeunes citoyens européens - entendons rappeler qu’il existe à nouveau, en Europe, des murs divisant les peuples et les sociétés.


Un mur, aujourd’hui, traverse la Géorgie, délimitant les régions occupées d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud. Construit précisément par les gens dont les idées ont été défaites le 9 novembre 1989, il vient sceller une politique d’épuration ethnique qu’un rapport commandé par l’Union Européenne vient de dénoncer et qui a conduit des centaines de milliers de civils à être expulsés de leurs villes et villages sur des critères racistes ou politiques, dans les années 1990 et en août 2008.


Des rideaux de fer enferment des peuples entiers dans un système oppressif que nous espérions à tout jamais disparu de notre continent. Ils maintiennent les jeunesses abkhazes, ossètes, tchétchènes, ingouches ou daghestanaises, mais aussi russes ou biélorusses, dans la peur et l’enfermement.


20 après la chute du Mur de Berlin et l’ouverture du rideau de fer, comment justifier que des centaines de jeunes Tchétchènes puissent être arrêtés ou enlevés chaque année ? Comment tolérer la chasse aux « culs noirs » (citoyens du Caucase ou d’Asie Centrale) qui s’organise impunément dans les rues de Saint-Pétersbourg ou de Moscou ? Comment comprendre qu’un Géorgien originaire d’Ossétie ou d’Abkhazie ne puisse se rendre sur la tombe de ses parents ? Comment admettre que les militants des droits de l’homme et les journalistes indépendants puissent être emprisonnés ou assassinés en Russie ? Comment supporter que la Pologne soit libre et non la Biélorussie ?

Vladimir Poutine a qualifié la chute de l’URSS de « pire catastrophe géopolitique du XXe siècle ». Nous pensons au contraire qu’il s’agissait d’un nouveau départ pour l’idée européenne. Ce nouveau départ a porté d’indéniables fruits. Mais il n’a pas marqué le dépassement des luttes politiques et éthiques. La construction européenne, qui est la grande aventure politique de notre génération, demeure ce qu’elle a toujours été : un combat. Contre le racisme, contre le nationalisme, contre les idéologies totalitaires.

Ce combat ne sera pas gagné par de simples commémorations. Il le sera par la conviction, le dévouement, l’enthousiasme des jeunesses européennes. Il le sera si nous n’acceptons pas qu’un pays européen soit à nouveau occupé et divisé. L’Union doit être fidèle à son histoire et à ses valeurs. Voilà pourquoi la Géorgie aujourd’hui nous préoccupe et nous concerne. C’est l’idée européenne même, qui, là-bas, est en jeu.

Julien Boucher (fondateur de Macaq), Gauthier Caron-Thibault (Conseiller de Paris), Patrick Klugman (Avocat)

Les Jeunes Européens, la Maison de l'Europe et de l'Orient

SOS Racisme, FreeCaucasus, Confédération Etudiante, l'UEJF, le Collectif 28 Septembre, Ukraine Art, Comité Tchétchénie, Association des Géorgiens en France, Urgence Darfour

02 novembre 2009

Trêve hivernale des expulsions locatives: l'occasion de...


L’occasion de rappeler qu’en en 2008, il y a eu plus de 11 000 expulsions avec le concours de la force publique.

L’occasion de rappeler que plus d’1,8 millions de foyers ont du mal à payer leur loyer, chiffre qui va sans doute augmenter avec les conséquences de la crise.

L’occasion de rappeler que, si le parc de logements sociaux ne cesse d’augmenter, le chiffre de la construction neuve est au niveau de 1998 (moins de 300 000 logements neufs en 2008).

L’occasion de rappeler que le secrétariat d’Etat au logement n’est aujourd’hui qu’un poste d’opérette : un petit maroquin pour un secteur fondamental en crise, un titulaire arrivé là par hasard*, un budget en baisse de plus de 350 millions d’euros par rapport à l’année dernière.

L’occasion de rappeler que la loi sur le Droit au Logement Opposable n’est qu’un mode d’attribution et en rien une occasion de créer plus de logements : 7 250 foyers, dont 6 500 en Ile de France, déclarés prioritaires attendent toujours.

L’occasion de rappeler que ceux des Députés de droite, qui sont également Conseillers de Paris, ont fait voter à l’Assemblée Nationale un bouclier logement pour leurs amis les plus riches en plafonnant le surloyer de solidarité à 20 euros du m².

L’occasion de rappeler que 13 chantiers de logements sociaux sont en cours dans le 3e arrondissement…



* je mesure bien mes mots car généralement en France les titulaires du poste étaient reconnus dans leur compétence par leurs pairs avant leur nomination.

01 novembre 2009

Jeudi Noir occupe un hôtel particulier vide dans le centre de Paris!


Message de soutien adressé ce jour à Jeudi Noir:

C'est encore une fois non sans malice que j'ai appris votre entrée dans cet Hôtel particulier du 4ème ardt qui a vu naître la Marquise de Sévigné!

2000 m² vides en plein coeur de Paris et ce certainement depuis 35 ans! Quelle honte...

Quelle honte alors qu'il existe plusieurs aides pour les propriétaires afin qu'ils rénovent leur bien immobilier, alors qu'il existe plusieurs dispositifs pour rendre plus facile la location, alors que la Ville de Paris est prête à se mettre à la table des négociations pour discuter des possibilités d'acquisition de tout ou partie d'un tel bien pour en faire du logement social afin d'atteindre son objectif de 40000 appartements en plus d'ici 2014...

Certains vous diront qu'on ne peut faire du logement social en plein coeur de Paris, que cela coûte trop cher, que cela n'est pas possible... Il faut leur rappeler qu'à 200m le 50, rue des Tournelles, un autre hôtel particulier du 18e siècle, accueille des logements sociaux de la SGIM, qu'à 400m, 75 logements sociaux ont été livrés, dans l'ancienne cour du Consulat de Venise, par la SAGECO il y a un peu plus d'un an... Cela, grâce à la volonté politique de la Ville de Paris! Et tous, conventionnés selon la loi SRU, donc de 5 à 12 euros du m², et tous attribués en transparence sous conditions de ressources afin de permettre aux foyers les plus modestes, aux classes moyennes et aux jeunes de rester vivre dans le centre de Paris.

Nous continuons d'ailleurs de nous mobiliser pour atteindre notre objectif en ayant aujourd'hui 13 chantiers en cours dans le 3e arrondissement pour du logement social!

En tant que Conseiller de Paris, élu du Marais, en charge du logement dans le 3e ardt, je souhaite vivement que la propriétaire de cet hôtel particulier puisse revenir à un certain sens de la responsabilité qui la ferait se mettre à la table des négociations avec la Ville de Paris pour envisager une cession afin d'y faire du logement social.

Je suis certain que, comme la dit la Marquise de Sévigné dans une lettre du 31 Juillet 1680, "elle sera ravie que, tout en riant, nous la défassions d'un tel embarras".


Nous avons déjà accueilli Jeudi Noir dans le 3e ardt. Souvenirs, Souvenirs...

30 octobre 2009

Au nom d’une certaine idée de la France…


L’expulsion des 3 Afghans m’a choqué, comme sans doute beaucoup d’entre vous.

Car c’est la tradition d’accueil et d’asile de la France qui a ainsi été remise en cause. Reconduire ces trois jeunes hommes en Afghanistan revient à les renvoyer vers un pays où ils peuvent légitimement craindre pour leur vie et leur intégrité physique. C’est la première fois que la France n’honore pas ce qu’elle a su faire de mieux dans l’histoire : la rédaction de la Déclaration des Droits de l’Homme.

Je pensais avoir vu à quel point le gouvernement actuel pouvait être cynique en durcissant les conditions d’entrée et de séjour des étrangers, en accentuant la chasse aux personnes en situation irrégulière en allant même jusqu’à arrêter devant les écoles et expulser des familles présentes chez nous depuis fort longtemps, intégrées et s’acquittant comme chaque citoyen de ses impôts.

Devant rien ce gouvernement ne recule.

Même le cynisme ne l’arrête pas. En posant la question de la définition de l’identité nationale, notre Ministre de l’Immigration cherche à figer le modèle du « bon Français », à dire comment il doit être, s’il veut être digne d’être respecté chez lui. Je refuse cela. Tout comme je refuse les fichages intempestifs et les tests ADN sécuritaires.

Au nom d’une certaine idée de l’individu et de la nation. Car je pense que l’individu et la nation ne sont pas des réalités figées, que l’histoire et ses mouvements les font évoluer jour après jour. Poser cette question de l’identité nationale, c’est vouloir stigmatiser celles et ceux qui arrivent ou qui sont déjà installés sur le territoire français, qui, dans un mouvement que Paris connaît depuis des siècles, apportent leur diversité et contribuent à faire la richesse de notre pays et de l’Europe.

L’identité nationale se construit mais ne se définit pas.

26 octobre 2009

Rencontre avec Jean-Yves Mano pour l'élaboration du Programme Local de l'Habitat


Pierre Aidenbaum, le maire du 3ème ardt, et moi-même avons été reçus aujourd’hui par Jean-Yves Mano, Adjoint au Maire de Paris chargé du Logement. Cette visite s’inscrivait dans la concertation que la Ville de Paris doit mener avec tous les acteurs de la production du logement social dans le cadre de la réalisation de son Plan Local de l’Habitat.

Comme je l’ai expliqué il y a quelques jours, ce Plan Local de l’Habitat a pour objectif de fixer la stratégie de la Ville pour atteindre les objectifs de la loi SRU d’ici 2014 sans attendre 2020.

Cette visite a été très enrichissante et a permis de bien cerner les spécificités démographiques, urbaines, sociales et économiques de notre arrondissement. Quelques éléments…

… sur la population : après une forte baisse de 1975 à 1999 (-19%), nous connaissons un retournement de la situation avec une hausse de 1,4% pour la première fois sur la période 1999-2006. Environ un habitant sur deux du 3e arrondissement est un cadre.

… sur la mixité habitat/économie : même mouvement que pour la population mais sur des périodes différentes, baisse de 35% de 1989 à 2003 et retournement avec une hausse de 5,4% de 2003 à 2007, avec une forte baisse des commerces de gros et une très forte augmentation des commerces de prêt-à-porter.

… sur la structure démographique : 56,6% de célibataires, 20,3% de familles avec enfants (dont une forte présence de familles monoparentales), 24% de foyers sans enfant, 41% de jeunes adultes de 20 à 39 ans.

… sur la nature du bâti : 25346 logements, 78% de résidences principales (85% sur Paris), prédominance du F2 et du petit F3, 3,1% de logements vacants selon les impôts.

… sur les comportements « durables » : 56,5% des logements chauffés individuellement avec des radiateurs électriques, beaucoup d’effort à faire ! Nous avons donc visé juste avec notre combat pour une OPAH Développement Durable !

Nous avons pu attirer l’attention de Jean-Yves Mano sur trois éléments qui nous tiennent à cœur :

- la nécessité de faire du logement social dans le diffus. En effet, le nombre de monopropriétés devient très faible dans notre arrondissement. Les dispositions du PLU ne s’appliquent que sur un petit tiers du 3ème, le reste étant géré par le PSMV. Il faut donc penser à produire dans le diffus. Mais à produire intelligemment. Nous ne sommes pas là pour acquérir un logement par ci, par là. Cela serait économiquement ingérable (imaginez un instant la gestion locative après) et politiquement incongru (nous ne sommes pas là pour empêcher un jeune couple de vendre leur premier studio pour se racheter un F2 ou un F3). Cependant, nous devons pouvoir nous porter acquéreur quand un copropriétaire majoritaire décide de vendre une partie importante d’un immeuble. Pour cela, il faut faire une étude et répertorier les immeubles avec copro majoritaires. Cela était demandé dans le vœu que j’ai fait voter lors de notre dernier Conseil d’arrondissement, c’est aujourd’hui en cours !

- la nécessité de faire du logement accessible pour les personnes âgées. Le 3ème arrondissement est celui du centre de Paris où habitent le plus de séniors : plus de 5000. Mais c’est également celui qui comporte le plus d’immeubles sans ascenseur donc avec des étages inaccessibles. Pour beaucoup de nos séniors, c’est être condamné à l’exclusion ou à quitter le 3ème. Il faut donc développer l’accessibilité via des ascenseurs dans les immeubles sociaux. Nous avons également discuté de mon projet « réseau logements personnes âgées interG » (mobilisation des bailleurs sociaux pour réserver et adapter des logements pour séniors avec plateformes de services). Bonne réception, possible soutien, affaire à suivre quand le tour de table de tous nos partenaires potentiels sera fait !

- la nécessité d’affiner la politique de conventionnement des logements dans le 3e ardt. Le 3eme comporte un parc social composé de logements dit PLI ou LLI (1) et de logements dit SRU (composés de 862 logements et de trois catégories PLAI (2), PLUS et PLS (3). Ces derniers correspondent aux besoins de 74% des Parisiens. Pierre Aidenbaum et moi-même nourrissons une crainte. Une bonne partie des logements PLI et LLI sont conventionnés en PLAI ou PLUS à leur libération. Ce qui est une bonne chose car cela nous permet de palier aux faibles opportunités foncières pour la construction de nouveaux logements et en même temps de mettre en adéquation notre parc avec la réalité sociale. Une part non négligeable de logements reste en PLI et LLI et sont tout de même attribués à des demandeurs qui en ont aussi besoin. Cependant, force est de constater que nous avons beaucoup produit de logements PLAI et PLUS et peu de PLS. Il faut faire attention à ce que cela ne soit pas les classes moyennes les moins modestes mais tout autant touchées par la crise du logement qui en pâtissent. Il y a donc un intérêt à se pencher sur l’état de notre parc social afin d’être toujours au plus près de la réalité sociale de Paris et de notre arrondissement.

Un rendez-vous passionnant et plein d’enjeux. Car si notre objectif est de doter Paris de 40000 logements sociaux supplémentaires d’ici 2014 pour atteindre les recommandations de la loi SRU, Pierre Aidenbaum et moi souhaitons vraiment que le 3e puisse y prendre toute sa part.

Comme toujours (4), c’est un Jean-Yves Mano intransigeant sur nos objectifs pour le logement social, brillant sur les analyses sociales et économiques de nos arrondissements, et ouvert sur les projets et ambitions portés par les équipes municipales.


(1)340 environ réservés pour la Ville, le moins cher du plus cher, 16 euros du m²
(2)le moins cher du moins cher, 5 euros du m²
(3)le plus cher du moins cher, 12 euros du m²
(4)j'avoue avoir été son chef de cabinet pendant les deux dernières années de la précédente mandature ;)

Plus d'informations sur les planchers et plafonds de ressources pour l'attribution d'un logement social? cliquez ici

20 octobre 2009

Flash Infos - Compte Rendus de Mandat - Situation de la Maison Départementale des Personnes Handicapées


M. Gauthier CARON-THIBAULT. - Monsieur le Maire, mes chers Collègues,
Juste pour vous rappeler que la Maison départementale des personnes handicapées a été créée en 2006 pour répondre aux obligations d'accessibilité universelle définies par la loi du 11 février 2005.

Ce G.I.E. est financé à deux tiers par l'Etat et un tiers par le Département, avec un budget global de 10,165 millions d’euros, budget composé et de crédits de fonctionnement et de mises à disposition de personnels.

Le bon fonctionnement de cette M.D.P.H. est capital car elle est un véritable guichet unique traitant 71.000 demandes par an, accueillant 130 personnes par jour, recevant 450 appels téléphoniques et employant à peu près 150 personnes.

Sa mission, vous vous en doutez, est fondamentale car elle assure en particulier la reconnaissance du statut de personne en situation de handicap pour les adultes à travers la fameuse R.Q.T.H., la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, et pour les enfants, ce qui leur permet d'avoir accès aux A.V.S., quand l'Etat débloque les fonds pour réussir à les employer.

Cependant, depuis quelque temps, force est de constater que les personnes en situation de handicap reviennent vers nous, élus locaux, dans les arrondissements, pour se plaindre de plusieurs dysfonctionnements de cette M.D.P.H. - modification et réduction des horaires d’ouverture, baisse de la prise d’appels, lenteur de traitement.

Que se passe-t-il, Madame la Maire ? Je crois qu'il est important d'informer la représentation parisienne des raisons véritables et objectives qui empêchent la M.D.P.H. de bien fonctionner.