29 novembre 2013

Chapeau contre le Sida

Aujourd'hui, à 18H et 20H30, à la Mairie du 3e auront lieu deux concerts des chorales Equivox et du CoLeGas (Choeur gay et lesbien de Paris et Lisbonne).
L'entrée est gratuite mais un chapeau vous sera présenté à la fin pour vider vos poches et autres portefeuilles.
L'argent sera donné à l'association Les Petits Bonheurs, qui lutte contre l'isolement des personnes séropositives (suite à sérophobie, perte ou fuite des amis et des proches, perte du travail, hospitalisation constante,...). Leurs actions? mettre en lien des bénévoles et des malades, les accompagner dans les moments dures (examen médical par ex) ou difficiles de la vie (remplir des monceaux de dossiers administratifs par ex). Et surtout monter des petits bonheurs: sortir de l'hôpital pour un restaurant, partir en vacances, aménager son appartement,...
Il s'avère que je suis un des parrains de cette association qui suit plus de 800 personnes sur toute l'Ile de France dont 120 âgés de plus de 60 ans (nouveauté du Sida, on peut vivre vieux avec...). La baisse des moyens nationaux touche aussi les associations, et aussi celle de la lutte contre le Sida, vous vous en doutez.

Ce soir, ce chapeau sera là pour ça. Pour combler ce que l'Etat ne sait/peut/veut pas ou plus faire. Pour montrer que malgré cela, nous n'arrêtons pas la solidarité.

Alors, je vous attends nombreux.

L'association a besoin d'argent et de bénévoles: http://www.associationlespetitsbonheurs.org/

Et merci à Denis Murat, élu à la santé, d'avoir comme tous les ans organisé le 1er décembre et de faire qu'aujourd'hui le Centre de Santé Au Maire Volta soit ouvert pour des dépistages anonymes et gratuits.

Et si vous allez au Café Rouge, à la Tour du Temple, au Café des Arts et Métiers, à l'Absinthe, au Sancerre, à la Pierre, au Lutecia, à l'Egoïste, au Barbouille, au Progrès, au Café des Musées, au Bistrot, au Comptoir Turenne, à la Perle, au Sévigné, au 16 Bar ou à la Terrasse des Archives, ne soyez pas étonnés si on vous offre un préservatif avec votre café, c'est normal, c'est 3e et c'est cadeau :)

26 novembre 2013

Déjà 6 ans...Merci au Conseil Local du Handicap!



Dans l’action municipale contre les discriminations et pour l’intégration sociale des personnes en situation de handicap que je mène dans le 3e,  je peux compter sur la collaboration des membres du  Conseil Local du Handicap. A sa création, en 2008, nous étions des pionniers, les premiers à Paris à se réunir pour faire en sorte que la ville s’adapte au handicap et non l’inverse. La dernière assemblée générale du CLH nous a permis de faire le bilan de notre mobilisation et de nos réussites.

Parmi celles-ci, il y a la mise en accessibilité de l’Espace Public Numérique. En organisant de nombreuses opérations de levées de fonds, le CLH, aux côtés des conseils de quartier, a contribué au financement des travaux visant à faciliter l’accès du bâtiment dont les contraintes architecturales rendaient difficile l’accueil des personnes à mobilité réduite. Désormais doté d’outils et de logiciels adaptés à tous les handicaps, l’EPN rebaptisé au nom d’Helen Adams Keller, première étudiante aveugle et sourde diplômé aux USA, se distingue par son exemplarité. 

L’exemple de la nouvelle Place de la République illustre également le rôle majeur joué par le CLH dans la conduite de nos projets d’urbanisme. Pour ce réaménagement, dont l’objectif était de favoriser les modes de circulation douces et de reconfigurer l’espace au profit des piétons, les membres du conseil ont été consultés et ils ont été à l’origine d’une contribution intégrée au cahier des charges de l’appel à projet de la ville de Paris. Depuis, aucun projet d’urbanisme dans l’arrondissement n’a fait l’économie d’un passage entre les mains du CLH : rue Rambuteau, place des Arts et Métiers, abords du Carreau du Temple,…

Sur ces dossiers comme sur beaucoup d’autres, le travail du Conseil a permis de faciliter l’accès au droit de chacun, de rendre plus accessible les lieux culturels et les loisirs, de favoriser l’usage des technologies par tous et de simplifier le parcours vers l’emploi des personnes en situation de handicap. Sur ce dernier point, le forum « Formation professionnelle & Handicap », organisé en juin dernier avec LB Développement, a été un véritable succès. A ce titre, je suis tout particulièrement fier d’avoir vu le CLH tisser de nombreux liens et multiplier les partenariats tant avec des acteurs de l’arrondissement (l’OMS, l’ALU 3, le Carreau du Temple…) qu’avec des structures reconnues du monde du handicap (APF, Mobile en Ville, L’ADAPT… la liste est longue). Bientôt également, une permanence d’accès aux droits pour les personnes en situation de handicap, leurs familles et les professionnels qui les accompagne.

La construction de cette société solidaire à laquelle nous aspirons passe aussi par l’important travail de sensibilisation réunissant, autour de grands évènements, personnes valides et non valides pour une meilleure connaissance de l’autre. La 6e Semaine Locale du Handicap, qui s’est conclue samedi dernier par une pièce de théâtre réunissant près de 150 spectateurs, l’a de nouveau démontré.

Je remercie donc chacun des membres du Conseil Local du Handicap pour sa mobilisation et son engagement au cours de ces 6 dernières années. Tous les projets présentés ont tous été guidés par le souci d’un meilleur vivre ensemble et pas dans une vision aussi étriquée de ne servir que les personnes en situation de handicap. Le succès des projets que nous avons menés ensemble ont déjà inspiré d’autres arrondissements ; c’est le cas des 11e et 12qui ont décidé de créer leurs propres conseils du handicap. A nous de faire en sorte que tout ceci ne soit qu’un début !

_______________________________________________________________


Assemblée Générale du 23 novembre 2013 
Conseil Local du Handicap 
Bilan des 6 ans
adopté par les membres du CLH




Commission Sensibilisation

Organisation de 6 éditions de la Semaine Locale du Handicap. Thèmes abordés : le handicap psychique, l’accessibilité, l’emploi, la communication, le sport et les loisirs, 3 appels à projets pour des expositions photo originales pour les éditions 2011, 2012 et 2013 de la Semaine Locale du Handicap

Partenariat avec le Conseil Local de Santé Mentale pour 4 éditions de la Semaine d’Information sur la Santé Mentale
Partenariat en 2012 avec la Librairie Comme un Roman pour une sélection bibliographique sur le handicap

Expositions en 2009 et 2012 d’œuvres réalisées dans les structures de l’Œuvre Falret

Organisation d’une randonnée rollers / fauteuils et d’une verbalisation citoyenne avec le Conseil de la Jeunesse et l’association Mobile en Ville en 2010

Webathon en 2011 pour récolter des fonds pour la mise en accessibilité de l’Espace Public Numérique


Commission Epanouissement

Edition en 2009 d’un Guide d’accessibilité culturelle et touristique du 3e en partenariat avec les PEP 75 dans le cadre de l’opération « Musées en Liberté »

Vente de solidarité de matériel informatique reconditionné à la brocante du 3e en 2009 et 2013 pour récolter des fonds pour la mise en accessibilité de l’EPN
Mise en accessibilité de l’Espace Public Numérique du 3e. Inauguration du nouvel EPN Helen Keller en novembre 2012. Visite de l’EPN par les ministres Mmes Carlotti et Pellerin en juillet 2013.

Consultation par le Musée Picasso pour les conditions d’accueil du public en situation de handicap dans la perspective de la réouverture du musée en 2014
Partenariat avec l’équipe d’animation du nouveau Carreau du Temple pour définir la place du handicap dans le projet culturel et sportif de l’établissement dans la perspective de son ouverture en 2014

Opérations de collectes de jouets  au profit d’enfants autistes avec l’association Vaincre l’Autisme (2011 et 2012)

Travail préparatoire en partenariat avec l’OMS 3e pour la réservation d’un créneau de handisport ou de sport adapté dans une structure de l’arrondissement

Commission Cadre de Vie

Contribution dans la cadre du réaménagement de la Place de la République « pour une Place de la République qui assume son nom et soit accessible à tous ». Texte intégré au cahier des charges de l’appel à projet de la Ville de Paris

Contribution pour la rédaction du nouveau règlement des terrasses du 3e

Partenariat avec l’Atelier Local d’Urbanisme du 3e et marche exploratoire dans le cadre du réaménagement de la rue Rambuteau

Consultation dans le cadre du réaménagement du carrefour des Arts & Métiers

Participation au groupe de travail sur l’aménagement des abords du nouveau Carreau du Temple

Partenariat avec l’association Mobile en Ville  pour l’accueil de l’Opération Pervenches parisienne  2012. Et organisation d’une opération similaire avec les enfants des centres de loisirs du 3e arrondissement en 2013

Partenariat avec jaccede.com pour accueillir la journée et la nuit de l’accessibilité 2012 dans le 3e


Commission Services Publics

Visite de la Maison Départementale des Personnes Handicapées et de la Mairie du 12e arrondissement en 2010 pour comparaison avec l’accessibilité de la Mairie du 3e
Réalisation d’un diagnostic accessibilité de la Mairie du 3e et d’un questionnaire sur l’accueil et l’accessibilité à l’attention des agents municipaux

Rédaction d’un appel à projet pour la mise en place d’une Permanence d’accueil des personnes en situation de handicap en Mairie du 3e
Sélection de l’association Autisme 75 pour la mise en place de la Permanence d’accueil des personnes en situation de handicap

Ouverture en 2012 du Foyer Marie Laurencin, géré par l’Œuvre Falret au 114, rue du Temple : structure d’accueil pour 20 personnes en situation de handicap psychique


Commission Emploi

Participation au Forum de l’emploi « hôtellerie et restauration » du 3e en 2009 et partenariat avec l’association Hanploi pour faciliter l’embauche des personnes en situation de handicap

Partenariat avec l’association l’ADAPT pour l’organisation d’un handicafé en Mairie du 3e en 2013

Organisation en partenariat avec LB Développement d’un forum « Formation professionnelle & handicap » en 2013

Organisation en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de 3 réunions d’information à l’attention des commerçants pour la mise en accessibilité de leurs établissements.
 

16 novembre 2013

Ni gloire, ni larmes, Missak, Olga et les autres, recevez notre hommage




Missak Manouchian était arménien, orphelin de par le génocide de son peuple. Il arriva en France en 1925 par Marseille. Il fut poète, fonda des revues, milita au PC, fut rédacteur en chef du Zangou, le journal de soutien pour une Arménie soviétique. Il fut aussi résistant, aux côtés de nombreux camarades, en majorité originaires d’Europe de l’Est, juifs pour la plupart. Il devint responsable de la section arménienne de la Main d’Oeuvre Immigrée (M.O.I), avant de prendre la direction, dès août 1943, des Francs-Tireurs et Partisans de la M.O.I de Paris. Il dirigera ce réseau jusqu’à son arrestation par la Police Française le 16 novembre 1943.

Condamnés à mort à l’issue du « procès des 23 », il tombera avec ses camarades sous les balles allemandes le 21 février 1944 au Mont Valérien. Olga Bancic, seule femme du groupe, sera traînée de geôle en geôle, maltraitée, avant d’être guillotinée à la prison de Stuttgart le jour de son 32ème anniversaire.

Une affiche tristement célèbre, « l’Affiche rouge », apposée sur les murs de la Capitale, tentera de discréditer leur action. En vain. Les Parisiennes et les Parisiens viendront y accoler des messages de sympathie et d’admiration pour ceux qui, par refus du racisme, de l’antisémitisme et du fascisme, ont sacrifié leurs vies. Sur cette affiche, symbole du combat des étrangers et des juifs pour la libération de la France, Louis Aragon écrira 11ans plus tard un magnifique poème qui sera par la suite mis en musique par LéoFerré.

L’immeuble du 19, rue Au Maire était une de ses caches, où il aimait s’y réunir et s’y cacher avec ses camarades. Une plaque le rappelle aux riverains et aux passants. Ce fut la première fois que la Mairie du 3e organisa ce samedi 16 novembre une commémoration et un dépôt de gerbe avec les anciens combattants, les portes drapeaux et la Chorale Populaire de Paris.

Comme pour dire à chacun et quiconque que, dans cet immeuble, une partie de leur liberté s’est construite.


Bravo à mon ami Patrick Badard, élu du 3e chargé de la mémoire, d'avoir pris cette initiative.



Sportifs, artistes, fêtards en situation de handicap… and so what ?

J- 2 avant le lancement de notre 6e semaine locale du handicap !

Cette année, la Conseil local du handicap a choisi le thème du sport et des loisirs pour mettre en lumière le talent et le dynamisme, deux termes qui caractérisent aussi les personnes en situation de handicap.

Comme les cinq années précédentes, cette semaine sera l’occasion de vivre ensemble des moments solidaires et citoyens autour de la lutte pour l’inclusion sociale. L’objectif reste le même : faire tomber les barrières, comprendre et accepter de vivre avec l’autre au delà des différences.

Photo d'E. Sarnin pour l'exposition
Grâce au partenariat avec des artistes et des associations œuvrant pour la reconnaissance et le développement des compétences intellectuelles, artistiques et physiques des personnes en situation de handicap, nous avons le plaisir de vous proposer pour cette 6e édition un programme culturel riche autour de temps forts qui nous rassembleront à l’image du vernissage de l’exposition photographique d’Emmanuel Sarnin « Le sport, la revanche du handicap » (lundi 18 novembre à 18h30), de la conférence « Sportifs, artistes, fêtard et en situation de handicap, faire avec ou faire au-delà ? » (mardi 19 novembre à 18h30) ou encore de la représentation théâtrale de la pièce de Guy Foissy « Vu du banc », jouée par les comédiens en situation de handicap de la troupe du Théâtre du Cristal (samedi 23 novembre à 14h30).

Nous vous attendons nombreux pour participer à nos côtés à tous ces évènements et partager ce regard positif sur le monde du handicap que nous vous offrons.

Bonne semaine à tous !


12 novembre 2013

Flash-Infos Compte-Rendu de Mandat: revalorisation des aides et des plafonds d'attribution en période de crise




Monsieur le Maire, chers collègues,
 
Dans un contexte économique marqué par la crise et grevé par la politique économique injuste et inefficace du gouvernement précédent, de nombreux Parisiens sont aujourd’hui confrontés à des difficultés en matière de pouvoir d’achat. Dix années de mauvaise gestion de la droite ont contraint le gouvernement de Jean-Marc Ayrault à préparer un budget  2014 permettant à la France le rétablissement de ses comptes et de retrouver des marges de manœuvre nécessaires, induisant une hausse nationale des impôts. Cette augmentation des impôts, stratégie gouvernementale assumée visant à redresser la croissance et l'emploi, aura des conséquences sur le portefeuille des parisiens.  

Face à cette situation, le Maire de Paris a annoncé quelques jours avant le Conseil de Paris du mois d’octobre dernier sa volonté de mettre en place des mesures visant à créer un véritable bouclier social pour les parisiens afin d’amortir les conséquences de la crise et les effets de certaines mesures fiscales nationales.

Au nom du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés j’ai interrogé, au cours du dernier Conseil de Paris,  l’adjoint au maire de Paris chargé du budget et des finances afin qu’il nous éclaire quant aux mesures concrètes qu’il souhaitait prendre en direction des parisiens fragilisés par ce contexte. Aujourd’hui, les précisions qui avaient été apportées à la connaissance de notre assemblée prennent forme.

Tout d’abord concernant les usagers bénéficiaires des prestations d’aide sociale propres à Paris et dont les 
revenus ont progressé d’un montant équivalent à celui de l’inflation. Afin que des milliers de parisiens ne soient pas évincés de leur droit au 1er janvier 2014, le barème d’attribution du renouvellement des prestations Navigo Emeraude-Améthyste, Paris Energie Familles et Allocation Familiale pour le Maintien à Domicile d’un Parent Isolé évolue.

Par ailleurs, et afin de compenser le gel des allocations logements versées par la CAF, les aides versées par le CASVP relatives au logement seront revalorisées de 5%.

Quand on sait que le logement constitue pour les ménages parisiens le premier poste de dépense eu égard aux prix élevés pratiqués historiquement dans notre capitale, on imagine aisément ce qu’apportera dans le quotidien des 40 000 foyers percevant une aide de Paris. Un peu plus de sérénité.

De même, alors qu’il est coutume tous les ans de revaloriser au niveau de l’inflation les tarifs municipaux de certains services, comme les cantines, les conservatoires ou les centres de loisirs, 2014 se fera sans mais nous assumerons néanmoins la charge et la garantie de leurs qualités.

L’engament et la mobilisation de notre collectivité aux côtés des parisiens dont les effets de la crise ne resteront pas indolores est ainsi à saluer. Je ne peux alors que me réjouir et me satisfaire de voir la rapidité à laquelle se concrétisent les revalorisations annoncées le mois dernier et qui permettront aux parisiens de maintenir leur niveau de vie avec un pouvoir d’achat stabilisé.

Flash-Infos Compte-Rendu de Mandat: projet PRESAGE en direction des âgés en foyers de travailleurs migrants







Monsieur le Maire, chers collègues,

J’ai souhaité intervenir sur le projet de délibération relatif aux questions importantes et sensibles liées aux personnes âgées en foyers de travailleurs migrants.

Ces personnes, originaires du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne,  sont arrivées en France pour la plupart depuis plusieurs décennies, dans les années soixante, au moment des Trente Glorieuses puis dans le cadre du regroupement familial. Elles ont été recrutées pour des travaux pénibles de l’industrie et de la mine. Ils n’avaient jamais imaginé vieillir sur le sol français, pas plus qu’on avait imaginé avoir à prendre en charge les conditions de leur vieillissement en France. Et finalement, beaucoup d’entre eux,  vieillissent désormais ici. A Paris, 21 % de la population immigrée est âgée de soixante ans et plus, ce qui représente 89 000 personnes et cette proportion continue d’accroître.

Ayant eu des conditions de vie et de travail difficile (accidents de travail, maladies professionnelles, affections respiratoires…), ces personnes immigrées connaissent un vieillissement précoce, ainsi que de multiples difficultés pour accéder à leurs droits sociaux… comme le montre un récent rapport porté par deux députés, Jacquat et Bachelay.

Ainsi, la Ville de Paris qui compte 46 foyers de travailleurs migrants est particulièrement attentive à la question des immigrés âgés et se soucie de contribuer à leur procurer des conditions de vie dignes et décentes.  En 2005, la Ville de Paris – qui a récupéré la compétence de l’aide à la pierre de l’Etat – a pris la conduite du plan de traitement (2005 – 2013). 24 foyers (soit plus de 4 830 lits) ont été rénovés dans ce cadre.  Un plan de rénovation très important, en transformant nombre de foyers de travailleurs migrants – souvent insalubres – en résidences sociales.  30% des chambres sont aujourd’hui accessibles aux personnes à mobilité réduite. Cette rénovation est allée de pair avec la mise en place d’un meilleur accompagnement social et vers un mieux vieillir.

De ce fait, la Ville continue de travailler en symbiose avec d’autres partenaires sociaux afin de mener des actions spécifiques, en faveur des personnes âgées immigrées, telles que le diagnostic global individualisé en matière de santé, ou encore les droits sociaux, l’habitat, les loisirs et autres… Des médiations sont aussi nécessaires au moins à titre temporaire pour ne pas laisser vieillir ces personnes dans l’isolement et le manque de soins appropriés. Toutes ces intentions ont pour objectif de participer à la reconnaissance et à l’inscription des parcours de ces migrants qui ont façonné et participé à l’histoire de la France.

C’est pourquoi, chers collègues, je trouve l’adoption de cette délibération particulièrement importante. Parce que c’est un acte fondamental que ces personnes immigrées, venues participer au redressement de notre pays pendant les Trente Glorieuses, puissent vieillir dans la dignité et accéder aux aides auxquelles elles ont droit. C’est un peu mettre de l’âge dans la République.

Je vous remercie.











10 novembre 2013

Article 175 et déportation homosexuelle, la mairie du 3e se souvient

Allumage de la flamme du souvenir
"Dans la haine nazie, il n'y a rien de rationnel...  Nous ne pouvons la comprendre. Mais nous pouvons et devons comprendre d'où elle est issue et nous tenir sur nos gardes.  Si la comprendre est impossible, la connaître est nécessaire, parce que ce qui est arrivé peut recommencer"


Primo Levi 


L’article 175 sonna comme le glas pour les personnes homosexuel-le-s de leur liberté pendant la Seconde Guerre Mondiale. Cet article 175, de la loi de 1871 condamnant les pratiques homosexuelles, renforcé par les nazis en 1935, eut un impact direct, concret, important pour celles et ceux vivant en Allemagne, en territoire annexé et en particulier, en Alsace et en Moselle. Et bien sûr douloureux. La déportation frappait ce qui était alors considéré comme un crime. Ailleurs, en France, c'était brimades et discriminations. Avec de multiples qualificatifs sur lesquels il est inutile de s’étendre.
Evidement, le nombre n’est pas le même que celui de la Shoah. On parle de 5 à 10 000 déportés pour ce motif. Mais son existence montre que le système nazi se nourrit de toute haine de ce qui est différent, de ce qui est libre, de ce qui échappe aux contrôles, de ce qui s’oppose. Le fameux triangle rose, dont la réalité a été prouvée puisque parfois remise en cause, a marqué la crainte d’une génération, face à la barbarie qui libéra les les haines. Et cela, sur tous les territoires en prise avec la Seconde Guerre Mondiale.
Il est important de le dire , il est important de le commémorer et de s’en rappeler. Devoir et Mémoire, c’est la devise de l’association les Oubliés de la Mémoire qui nous permet d’avoir à la Mairie du 3e du 4 au 15 novembre une émouvante mais nécessaire exposition sur la déportation pour motif d’homosexualité. 24 panneaux informatifs la constituent. Ils sont regroupés par thématique et les textes s’accompagnent d’illustrations émanant d’archives, voire de documents consultables sur internet depuis smartphone ou tablette. On y découvre ou redécouvre les noms de Josef Kohout, de Pierre Seel, de Rudolf Brazda, mais aussi de Natzweiler, le fameux Struthof, le seul camp de concentration sur le territoire aujourd’hui français.
Cette exposition, ce devoir de mémoire est important, en particulier en ce moment, quand le racisme revient avec son cortège d’homophobie, de sexisme,… dans une banalisation redoutable et inquiétante. Elle revient de surcroit par le visage d’une enfant qui face à des parents impassibles compare une femme noire, Christiane Taubira, à une guenon. C’est sans doute ce lien, cette transmission de la bêtise qui m’a le plus marqué. Et qui me permet de croire que la politique, ce n’est pas que du social, de l’économique et de l’international. Mais que les libertés individuelles et l’émancipation collective sont des combats que nous devons impérativement mener.

Merci à mes collègues Patrick Badard, élu chargé de la mémoire, et Flora Bolter, élue en charge de la lutte contre les discriminations, pour cette très belle initiative.

Et si vous passez à Berlin, allez visiter le musée de l’homosexualité qui propose une exposition permanente et très sérieuse sur l’histoire de cette communauté, depuis 200 ans. Le musée décrit les stratégies, les choix et les difficultés des homosexuel-le-s pour mener une vie indépendante, trouver des gens qui partagent les mêmes idées, et s’organiser en réseau sur une période qui va de 1790 à 1990.

05 novembre 2013

Conseil d'arrondissement: diversité commerciale, développement durable, économie sociale et féminisme!

Hier soir s’est tenu le Conseil du 3e arrondissement avec au menu entre autres diversité commerciale, développement durable, économie sociale et féminisme.

Diversité commerciale d’abord avec le compte rendu annuel de l’activité de la SEMAEST, cette société d’économie mixte qui rachète des pieds d’immeubles pour les transformer en locaux commerciaux dédiés à des activités de proximité. Grace à la SEMAEST, les tendances à la mono-activité et à la disparition des commerces de proximité et culturels, ont été inversées. Dans de nombreuses rues ou l’opération se développe, les commerces réinstallés par la SEMAEST ont entrainé l’arrivée spontanée de nouveaux commerces contribuant à amplifier les résultats de cette action en enclenchant un cercle vertueux. Pour le quartier Beaubourg Temple, en proie à la monoactivité commerciale des grossistes et ou se déploie ce programme, c’est plus de 50 locaux qui ont été acquis par la SEMAEST et 6 revendus à leurs locataires, signes que leur activité locale est devenue florissante et leur a permis une installation durable.

Développement durable ensuit avec deux belles délibérations qui montrent que l’engagement de la Ville de Paris en ce domaine est très fort et qu’aucun petit sujet, qu’aucun détail n’est oublié. Nous avons, suite à une forte mobilisation des élu-e-s concerné-e-s du Centre de Paris, dont Monique Saliou, ma collègue chargée de la propreté, acté l’ouverture prochaine d’une recyclerie qui se trouvera dans le 2e arrondissement au 13, rue Léopold Bellan, premier local adéquat à s’être présenté, et qui sera géré par l’association Interloque qui gère depuis 2006 la première Ressourcerie d’Ile de France dans le 18e. Qu’est ce qu’une ressourcerie ? sur un territoire donné, ce dispositif assure la collecte et la récupération d'objets abandonnés, leur réparation ou leur valorisation, la revente d'objets remis en état et l'éducation à l'environnement des habitants. Les recycleries constituent un levier local pertinent pour développer le réemploi des objets qui s’inscrit pleinement dans la politique « 3 R », Réduction, Remploi et Recyclage de la Mairie de Paris. En prolongeant la durée de vie des biens d’équipement et en sensibilisant les habitants, les recycleries sont un véritable moyen d’action pour la réduction des déchets et également un levier pour l’emploi et la réinsertion.

En matière de développement durable, nous avons aussi lancé le marché pour développer et exploiter un réseau public de bornes de recharges pour véhicules hybrides et électriques. En effet, la qualité de l’air constitue un enjeu majeur de santé publique, particulièrement en zone dense, et figure à ce titre parmi les principales préoccupations des Parisiens. Dans ce cadre et afin de promouvoir le développement de la mobilité électrique, il a été décidé d’équiper Paris de 700 emplacements de recharge publique supplémentaires. Pour cela, certaines stations autolib seront aggrandies, des bornes de recharges rapides seront installées d’une part dans des stations services essentiellement sur les boulevards périphériques d’autre part sur des emplacements de livraison non sanctuarisés (ceux où peuvent stationner les véhicules de particuliers la nuit), ce dernier axe pouvant monter jusque 450 points restant à identifier, parmi les 8 000 zones possibles.

Economie sociale ensuite, puisque nous avons octroyé une somme de 4 000 euros à l’association du 3e café qui aura pour objectif de gérer et d’animer un café associatif au rez-de-chaussée du 16, rue de Beauce. Cette structure dont la gestion sera essentiellement bénévole a pour vocation de devenir un lieu accessible à tous. Elle aura notamment pour objectifs de promouvoir la diversité, de créer du lien social, de favoriser la transmission, l’échange culturel et la participation citoyenne, de cultiver le féminisme, de proposer des services et de favoriser l’insertion par le travail.

Féministe enfin, puisque nous avons voté sur proposition de ma collègue Flora Bolter deux vœux en mémoire de deux grandes figures, de deux grandes femmes : Rita Thalman et Olympe de Gouges. Historienne, Thalman consacra l’essentiel de son travail de recherche au nazisme, à la seconde guerre mondiale et à la Shoah. Elle y accorda une place particulière au statut des femmes. Peu de gens savent qu’elle commença sa carrière en tant qu’éducatrice spécialisée de jeunes enfants auprès de l’OSE. C’est pourquoi nous avons souhaité l’honorer en donnant son nom à la Maison d’Accueil que nous sommes en train de rénover au 16, rue de Beauce pour accueillir 10 jeunes filles majeures isolées, dans le cadre des 300 places à produire que souhaite le Maire de Paris. Egalement Olympe de Gouge qui a été de tous les combats d’avant-garde : républicaine, hostile à la peine de mort, engagée pour l’abolition de l’esclavage et contre le racisme, défenseure du droit au divorce, et auteure en 1791 de « La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ». Elle laissa à la postérité cette phrase désormais connue « Si les femmes ont droit de monter à l’échafaud, elles doivent avoir le droit de monter à la tribune. » Nous avons déjà une place Olympe de Gouges dans l’arrondissement, hier soir, nous avons manifesté notre souhait collectif qu’elle entre au Panthéon.

Un Conseil d’arrondissement qui montre que nous ne chômons pas !